Mort de Chaolin Zhang : où en est-on un an après ?

Un an après l'agression mortelle du Chinois Chaolin Zhang à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), comment a évolué la situation des Asiatiques ?

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il y a un an, le couturier chinois Chaolin Zhang était victime d'une agression mortelle à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Aujourd'hui, où en est-on ? "J'ai parlé avec des gens d'Aubervilliers, de La Courneuve, de Patin, de Bobibny, beaucoup de monde du 93, beaucoup de monde du 94, beaucoup de monde de Paris. Ils se sentent encore en insécurité. Que l'on soit résident, commerçant ou touriste, à partir du moment où l'on a le facies d'un Asiatique, on est une cible", constate Jacques Hua, du comité "Stop à la violence, sécurité pour tous".

"Un énorme changement" à Aubervilliers

À Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), une bande s'était spécialisée dans les attaques de femmes asiatiques. Entre fin 2015 et l'été 2016, il y a eu 144 agressions. À l'échelle nationale, il n'existe pas de chiffres officiels, car les statistiques ethniques sont interdites. Ces agressions sont liées au préjugé selon lequel les Asiatiques ont beaucoup d'argent liquide sur eux. Mais les mentalités commencent à bouger un peu. "Si l'on compare Aubervilliers il y a un an et l’Aubervilliers d'aujourd'hui, il y a un énorme changement. Les associations de lutte contre le racisme ont pris conscience qu'il existait un phénomène envers les Asiatiques", dit aussi Jacques Hua. Les trois agresseurs présumés de Chaolin Zhang ont été renvoyés en procès pour "vol et violences ayant entraîné la mort". La circonstance aggravante de racisme a été retenue.

Des membres de la communauté chinoise d\'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) manifestent le 14 août 2016 après la mort d\'un de leurs membres, agressés quelques jours plus tôt.
Des membres de la communauté chinoise d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) manifestent le 14 août 2016 après la mort d'un de leurs membres, agressés quelques jours plus tôt. (DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP)