Unsa Police porte plainte contre deux associations d'aide aux migrants pour "diffamation"

Le syndicat de police Unsa a annoncé, vendredi, avoir déposé plainte, avec constitution de partie civile, contre les associations de protection des migrants Auberge des migrants et Utopia 56 pour "propos diffamatoires envers les forces de l'ordre".

L\'Unsa Police estime avoir été diffamée par deux associations de protection des migrants et a déposé plainte, vendredi 8 septembre 2017.
L'Unsa Police estime avoir été diffamée par deux associations de protection des migrants et a déposé plainte, vendredi 8 septembre 2017. (JACK GUEZ / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L'Unsa Police a indiqué dans un communiqué, vendredi 8 septembre, porter plainte, avec constitution de partie civile, contre l'Auberge des migrants et Utopia 56. Les deux associations de protection des migrants sont accusées par le syndicat policier d'avoir tenu des "propos diffamatoires envers les forces de l'ordre".

L'Unsa Police a indiqué avoir constaté, "à plusieurs reprises", que des ONG ou associations "livraient une surenchère de propos diffamants à l'encontre des forces de l'ordre, accusées d'exactions".

Ces associations "ont dépassé les limites"

Le syndicat a rappelé qu'il avait lancé plusieurs alertes ces derniers mois, à propos de ces deux associations. L'Unsa Police estime qu'elles ont dépassé les limites, lors d'une conférence de presse tenue à Calais le 1er juin dernier, pendant laquelle "l'honneur des services de police" a été mis en cause. Les associations avaient alors déclaré avoir constaté que les policiers procédaient à "des gazages au réveil dans les sacs de couchage, des gazages d'eau et de nourriture, des coups et blessures, des vols de cartes de séjour, des confiscations de téléphones portables..."

Le porte-parole de l'Auberge des migrants avait lui déclaré à la presse régionale, La Voix du Nord, "constater une chasse à l'homme, des violences policières illégitimes, du harcèlement des réfugiés ainsi que des entraves aux distributions alimentaires". De son côté, un membre d'Utopia 56 avait précisé que "tous les matins, on voit leurs brûlures au visage ou leurs contusions sur le corps, elles ne viennent pas de nulle part".

Le 31 août dernier, l'association Médecins du monde avait dénoncé à son tour dans un communiqué le "harcèlement policier" à l'encontre des migrants installés porte de la Chapelle, à Paris, dans le 18e arrondissement. La préfecture de police avait qualifié ces propos d'"indécents".