DIRECT. Démantèlement de la "jungle " de Calais : 5 596 personnes ont été "mises à l'abri" depuis lundi

La préfète a annoncé que l'opération était sur le point de se terminer, mercredi.

Des structures brûlées dans la \"jungle\" de Calais (Pas-de-Calais), au troisième jour du démantèlement, le 26 octobre 2016.
Des structures brûlées dans la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais), au troisième jour du démantèlement, le 26 octobre 2016. (CITIZENSIDE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

L'évacuation de la "jungle" de Calais touche à sa fin. Depuis lundi, 5 596 personnes ont été "mises à l'abri", ont annoncé les ministères de l'Intérieur et du Logement, mercredi 26 octobre. La préfète du Pas-de-Calais a également annoncé la fermeture définitive du sas où sont répartis les migrants, pour éviter "un appel d'air". Plus tôt, elle avait annoncé "la fin de la 'jungle'".

1 348 personnes mises à l'abri mercredi. Parmi ces personnes, 1 215 majeurs ont quitté les lieux "à bord de 32 bus pour rejoindre des centres d'accueil et d'orientation (CAO) répartis dans 11 régions", affirment Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse. Quelque 133 mineurs ont par ailleurs été orientés vers le centre d'accueil provisoire (CAP), installé sur le campement.

De multiples incendies. Alors que le calme régnait dans la matinée, les départs de feu se sont multipliés peu avant midi, mercredi, dégageant d'épais panaches de fumée noire. Ils ont finalement été maîtrisés en début d'après-midi.

Les pelleteuses en action. Les travaux de démolition des cabanes se sont poursuivis mercredi. Cinq petites pelleteuses et une plus grosse ramassaient vers 9h30 les débris de cabanes laissées vides que leur apportaient des employés, sous le regard de quelques migrants à l'air désemparé.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#CALAIS

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CALAIS

23h53 : "Je crains que la nuit prochaine soit très troublée !"

Dans un entretien publié sur le site de La Tribune de Genève, Médecins du Monde dit craindre des affrontements, cette nuit, entre les CRS et les migrants restés dans la "jungle" dans le but de rejoindre le Royaume-Uni.

20h51 : Un total de 5 596 personnes ont été "mises à l'abri" depuis lundi, dont 1 348 aujourd'hui, selon le gouvernement. "Depuis lundi, 234 mineurs ont par ailleurs été orientés vers la Grande-Bretagne", précise-t-il.

20h48 : "Le sas va fermer incessamment pour éviter un appel d'air."

Les services de l'Etat souhaitent éviter que des migrants non répertoriés dans la "jungle" profitent du dispositif d'évacuation mis en place par le gouvernement vers les centres d'accueil et d'orientation.

20h46 : La préfecture du Pas-de-Calais annonce la fermeture définitive du sas où sont répartis les migrants à Calais, "pour éviter un appel d'air".

20h33 : Le gouvernement annonce que 5 596 personnes ont été "mises à l'abri" depuis lundi.

20h15 : A l'heure du dîner, faisons un nouveau point sur l'actualité :

• Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, annonce un plan de 250 millions d'euros alloués aux équipements des forces de l'ordre. Il promet également de soumettre des propositions au Parlement sur la question de la légitime défense.


• Jacqueline Veyrac, la femme d'affaires enlevée lundi à Nice, a été retrouvée vivante, ligotée dans un véhicule. La police niçoise a interpellé plusieurs personnes, soupçonnées d'avoir participé à l'enlèvement.

Alors que la préfecture du Pas-de-Calais annonce la "fin de la jungle", la maire de Calais dénonce une "annonce précipitée". Plusieurs centaines de migrants se trouvent toujours dans les alentours du camp. Suivez notre direct.


Le nombre de migrants morts en Méditerranée en 2016 atteint le nombre record de 3 800, selon l'ONU. Rien qu'aujourd'hui, vingt-cinq migrants ont été retrouvés morts sur un canot, selon Médecins sans frontières.

19h24 : Pour en savoir plus sur le sort des migrants qui restent à Calais, je vous invite à lire ce reportage publié en début de soirée sur le site de Libération. "Je vois des gens qui font à manger comme si de rien n'était" au milieu des restes de la "jungle", livre un chargé de mission du Secours catholique.

19h18 : Peut-on annoncer "la fin de la jungle aujourd'hui", comme l'a fait la préfète du Pas-de-Calais ? Non, selon la maire de Calais, Natacha Bouchart. "On ne peut annoncer la fin du démantèlement et dire qu'une opération est terminée quand il y a encore 1 500 mineurs et 450 femmes et enfants" dans les structures officielles jouxtant le camp, estime-t-elle, ajoutant que plusieurs centaines d'autres personnes sont dispersées dans les alentours.

18h59 : "Plus de 1 000 migrants sont toujours à Calais."

Sur BFMTV, Mariam Guerey évoque une "situation dramatique" après le démantèlement de la "jungle", s'inquiétant du sort des "personnes qui veulent aller en Angleterre" et qui sont restées dans les environs du camp. Selon elle, il y a "100 mineurs à la rue".

18h00 : Il est 18 heures. C'est le moment de faire un nouveau point sur l'actualité :

• Jacqueline Veyrac, la femme d'affaires enlevée lundi à Nice, a été retrouvée ligotée mais vivante dans un véhicule. La police niçoise a interpellé cet après-midi plusieurs personnes, soupçonnées d'avoir participé à l'enlèvement.

Le nombre de migrants morts en Méditerranée en 2016 atteint le nombre record de 3 800, annonce l'ONU. Rien qu'aujourd'hui, vingt-cinq migrants ont été retrouvés morts sur un canot, selon Médecins sans frontières.

"Il n'y a plus personne sur le camp. Tout le monde est à l'abri", a annoncé la préfète du Pas-de-Calais. Suivez la situation dans notre direct.

• Des policiers ont manifesté à Paris cet après-midi, devant l'Assemblée nationale. François Hollande reçoit en ce moment les syndicats, dix jours après le début de ce mouvement de colère.

17h38 : "Lundi 24, on m'a refusé l'entrée au camp car je n'étais pas accrédité. Nous avions pourtant averti la préfecture de notre venue la semaine précédente, et nous n'avions pas été avertis de cette exigence. On a continué à travailler à l'extérieur du camp, notamment pour accompagner juridiquement les mineurs isolés. Cet arrêté du 23 octobre est contestable, car il utilise la loi sur l'état d'urgence, qui vise normalement des terroristes. C'est insupportable."

François Cantier exprime sa colère à franceinfo. "L'association a travaillé au Rwanda, au Kosovo, au Cambodge. Et voilà qu'en France, on nous empêche de travailler."

17h43 : Un référé-liberté a été déposé devant le tribunal administratif de Lille (Nord), pour contester l'arrêté préfectoral du 23 octobre 2016 créant "une zone de protection sur le camp de la Lande", indique Dalloz. Cette information a été confirmée à franceinfo par François Cantier, président de l'association Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE).

17h52 : "Notre mission est remplie. Il n'y a plus de migrants au sein du camp de la Lande." La préfète du Pas-de-Calais s'est félicitée du succès de l'évacuation des migrants du bidonville. Voici sa déclaration :

(FRANCE TELEVISIONS)

14h08 : Il est 14 heures passées. C'est le moment de faire un nouveau point sur l'actualité :

"Il n'y a plus personne sur le camp. Tout le monde est à l'abri", a annoncé la préfète du Pas-de-Calais. Suivez la situation dans notre direct.

• Des policiers manifestent en ce moment à Paris à l'appel d'une intersyndicale. François Hollande va recevoir dans l'après-midi les syndicats, dix jours après le début de ce mouvement de colère.

Les salariés d'i-Télé ont reconduit leur mouvement de grève pour 24 heures. Dans le détail, 94 personnes ont voté en faveur de la grève, 15 se sont abstenues, et 4 ont voté contre. C'est la 10e journée de grève à i-Télé.

• En valeur absolue, la baisse du chômage annoncée hier est la plus forte baisse depuis vingt ans. Mais selon Denis Ferrand, directeur général de l'institut Coe-Rexecode, elle masque la hausse du nombre de personnes qui "oscillent entre l'emploi et le chômage".

13h51 : L'incendie a été entièrement maîtrisé à #Calais. La @Prefet62 annonce que la lande a entièrement été évacuée

18h00 : Les différents feux allumés dans la "jungle" ont été maîtrisés, selon un de nos confrères de France 3 sur place.

13h17 : "On est en capacité de fermer le dispositif de sas dès ce soir."

La préfète du Pas-de-Calais a annoncé la fin imminente de l'opération d'évacuation de la "jungle" de Calais. "Il n'y a plus personne sur le camp. Tout le monde est à l'abri. Après la prise en charge des derniers migrants [qui arrivent au sas], le dispositif s'arrête", affirme-t-elle.

13h04 : "Tout le monde est à l'abri", annonce à l'AFP la préfète du Pas-de-Calais. L'arrêt de l'évacuation aura sans doute lieu

12h23 : Le calme régnait pourtant dans la matinée, mais des départs de feux se sont multipliés peu avant midi, dégageant d'épais panaches de fumée noire. Des pompiers sont arrivés, mais en nombre insuffisant pour lutter immédiatement contre tous ces incendies. La situation est à suivre dans notre direct.

12h20 : Des migrants regardent la jungle partir en fumée #AFP

12h18 : Plusieurs incendies sont en cours dans la "jungle" de Calais, selon plusieurs journalistes sur place.

12h06 : Voici le point sur l'actualité à la mi-journée :

• Plus que "1 000 personnes" restent à évacuer dans la "jungle" de Calais, ravagée dans la nuit par des incendies, a indiqué la préfète du Pas-de-Calais.

• François Hollande reçoit dans l'après-midi les syndicats de policiers, dix jours après le début du mouvement de colère hors cadre syndical qui se poursuit avec un rassemblement des protestataires devant l'Assemblée nationale.

• En valeur absolue, la baisse du chômage annoncée hier est la plus forte baisse depuis vingt ans. Mais selon Denis Ferrand, directeur général de l'institut Coe-Rexecode, elle masque la hausse du nombre de personnes qui "oscillent entre l'emploi et le chômage".

11h41 : Encore un incendie ds la "jungle"

11h40 : De plus en plus de cabanes en feu dans la jungle #AFP

11h40 : Encore un feu, désormais nombreux, dans la jungle de Calais #AFP

11h40 : Les incendies se multiplient dans la "jungle" de Calais, rapportent des journalistes sur place.