Lyon : il dit avoir été tabassé par deux chauffeurs de taxi après "une phrase sur UberPop"

Alexandre, 27 ans, a eu le nez fracturé après avoir été frappé dans la nuit de samedi à dimanche. Vingt et un jours d'incapacité temporaire de travail lui ont été prescrits. Il témoigne pour francetv info.

Une photo rendue publique via Facebook le 22 juin 2015 par Alexandre Berlin, un client d'UberPop qui affirme avoir été violemment agressé à Lyon par des chauffeurs de taxi, dans la nuit du 20 au 21 juin.
Une photo rendue publique via Facebook le 22 juin 2015 par Alexandre Berlin, un client d'UberPop qui affirme avoir été violemment agressé à Lyon par des chauffeurs de taxi, dans la nuit du 20 au 21 juin. (ALEXANDRE BERLIN / FACEBOOK)

Mis à jour le , publié le

Après leurs opérations coup de poing contre UberPop, des chauffeurs de taxi s'en seraient pris à un client. Alexandre, un homme de 27 ans, assure avoir été violemment agressé à Lyon (Rhône) dans la nuit de samedi à dimanche, dans le quartier de la Confluence, a rapporté 20 Minutes.fr, lundi 22 juin. Il affirme avoir été frappé au visage à coups de poing par deux chauffeurs de taxi. Il a fini avec le nez et le sinus maxillaire fracturés et vingt et un jours d'incapacité temporaire de travail.

Un risque d'insensibilité du visage

Alexandre donne sa version des événements à francetv info : après une sortie en boîte de nuit, et alors qu'il s'apprête à monter avec un ami dans un taxi "dont le voyant était au vert", le chauffeur refuse, affirmant être en grève. Selon nos informations, un groupe de taxis était bien réuni dans ce quartier, pour une opération coup de poing contre UberPop. Alexandre poursuit : "Je lui signale qu'il aurait pu mettre son voyant en rouge, il se met à m'insulter, alors je lui lance : 'Ce n'est pas étonnant que des personnes choisissent de plus en plus UberPop'."

Selon Alexandre, "c'est cette phrase qui a déclenché la fureur". Pas celle du premier chauffeur de taxi. "Le ton est monté, mais quelqu'un nous a séparés et on a fini sur une note plus sympathique", explique le jeune consultant parisien, en séminaire à Lyon ce soir-là. C'est en se rabattant vers un vélo de location, en compagnie de son ami, qu'Alexandre se fait attraper par l'épaule par deux hommes, "cent mètres plus loin". Les coups pleuvent. Pour lui, il ne fait aucun doute que ses agresseurs étaient des chauffeurs de taxi. "Un témoin le confirme et la police les a identifiés comme tels", assure-t-il à francetv info. Nos confrères de France 2 l'ont rencontré. 

Voir la vidéo

(FREDERIC CROTTA / TIPHAINE PIOGER / ERIC DELAGNEAU)

"Rien ne prouve qu'il a été agressé par des chauffeurs
de taxi"

Aucune garde à vue de chauffeur de taxi n'est pour l'instant confirmée par la police à francetv info. Pascal Wilder, président de l'antenne lyonnaise de la Fédération nationale des taxis indépendants, explique que "des collègues sont entendus, mais pas sous le régime de la garde à vue". "A l'heure actuelle, rien ne prouve qu'il a été agressé par des chauffeurs de taxi et, si l'enquête nous donne raison, nous porterons peut-être plainte pour diffamation", ajoute-t-il, précisant que le premier chauffeur de taxi dont parle Alexandre est "handicapé" et "sort rarement de sa voiture".

Le père d'Alexandre, lui, s'alarme des blessures dont souffre son fils, rentré à Paris en ambulance depuis l'agression et toujours hospitalisé. "Il m'a dit : 'Au premier coup, j'ai senti que cela avait craqué, au deuxième, je suis tombé dans le cirage, et puis il m'en a recollé par terre'", témoigne Patrice au micro d'Europe 1"Il est dans un sale état. Je ne reconnaissais pas mon fils, poursuit-il. Il a trois fractures, à la mâchoire, le nez cassé, plus de sinus et la pommette défoncée. On va lui mettre des plaques métalliques, lui visser tout cela sous la pommette pour la renforcer. Hier, il pleurait : les larmes, c'est du sang qui coule."

Pour l'instant, Alexandre subit un lourd traitement antidouleur. "Il est mal moralement et puis il souffre, c'est le martyre, détaille son père. Il est sous morphine, morphine, morphine." 

"Je ne prendrai plus jamais le taxi à la volée"

Alexandre doit se faire opérer en fin de semaine. "Je risque une désensibilisation de la partie gauche du visage à vie. C'est très cher payé", s'inquiète-t-il.

Client de taxis comme de VTC, le jeune homme déclare comprendre "totalement l'argument" des premiers. "Je sais le prix de leur licence. Mais c'est un marché qui fonctionne mal. C'est au gouvernement de faire bouger les choses", analyse-t-il. Ce dont il est certain, c'est qu'il ne prendra "plus jamais de taxi, en tout cas jamais plus comme ça, à la volée, dans la rue". L'enquête a été confiée à la sûreté départementale.