Grève des taxis : que s'est-il passé à Orly ?

Un manifestant a été renversé par le conducteur d'une navette alors que des chauffeurs de taxis en grève organisaient un barrage filtrant sur l'autoroute menant à l'aéroport. 

Des chauffeurs de taxis bloquent l'accès à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise), le 26 janvier 2016.
Des chauffeurs de taxis bloquent l'accès à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise), le 26 janvier 2016. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Mis à jour le , publié le

A l'aéroport d'Orly, en banlieue parisienne, la manifestation des chauffeurs de taxi, en grève contre la concurrence des VTC, a été émaillée d'un incident qui s'est soldé par une hospitalisation et une garde à vue, mardi 26 janvier au matin. Francetv info revient sur les faits.

Un minibus fonce sur les manifestants

A l'aube, quelques dizaines de chauffeurs de taxis ont installé des plots sur l'autoroute A106 pour mettre en place un barrage filtrant et ne laisser passer que les taxis en grève.

Mais un chauffeur de navette d'hôtel a brusquement accéléré et a renversé un des manifestants avec son minibus.

Une manifestant blessé, le minibus saccagé et son conducteur arrêté 

L'atmosphère est vite devenue électrique. Les chauffeurs de taxis s'en sont pris au minibus qui venait de renverser l'un des leurs. Ils en ont brisé les vitres et ont forcé ses passagers à en descendre.

Le conducteur de la navette a, lui, été arrêté par les policiers. Selon ses dires, il a agi "sous l'effet de la panique". Le chauffeur de taxi, blessé à une jambe, a pour sa part été hospitalisé.

L'ambiance était tout aussi survoltée à Paris. A la porte Maillot, plusieurs dizaines de chauffeurs de taxis ont voulu "s'occuper du périph" et l'ont bloqué par intermittence en début de matinée. Ils sont descendus à pied sur les voies. Certains ont mis le feu à des pneus et ont placé des barrières en travers de la chaussée. Mais ils ont rapidement été évacués par les CRS. A la porte de la Chapelle également, des chauffeurs de taxis ont tenté d'occuper les voies. Une vingtaine de manifestants ont été interpellés.