Conflit entre taxis et VTC : Manuel Valls annonce la nomination d'un médiateur

Le Premier ministre a annoncé qu'une concertation allait s'ouvrir entre les deux parties, avec l'aide d'un médiateur. 

Un taxi pendant une mobilisation à proximité de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, mardi 26 janvier 2016. 
Un taxi pendant une mobilisation à proximité de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, mardi 26 janvier 2016.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Mis à jour le , publié le

Manuel Valls a reçu des représentants des chauffeurs de taxi à Matignon, mardi 26 janvier. Pour tenter de mettre fin à la crise qui les oppose aux véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), le Premier ministre a annoncé la nomination d'un médiateur.

Selon Ahmed Senbel, président de la Fédération nationale des taxis indépendants, ce médiateur sera nommé dans les 48 heures. Son rôle sera "de faire des propositions pour restaurer l'équilibre économique du secteur".

Voir la vidéo

Dans la matinée, des manifestations, à Paris et dans plusieurs villes de France, ont donné lieu à plusieurs incidents, dont l'un a fait un blessé dans la capitale. La préfecture de police de Paris a rapporté vingt interpellations.

Les VTC accusés de casser les prix

Deux intersyndicales de chauffeurs de taxi réclament une compensation à leur baisse d'activité et à la chute des prix des licences, dues selon elles à la concurrence de certains VTC qui ne respectent pas la loi et cassent les prix.

Les taxis mettent en cause des pratiques illicites sur le terrain des VTC : géolocalisation avant la réservation, occupation de la voie publique, racolage et utilisation détournée des véhicules LOTI (transport collectif de deux à dix personnes).

Les centrales de réservation de taxi parisiennes disent enregistrer un repli d'activité de 20% à 30% et les chauffeurs craignent une baisse supplémentaire de la valeur des licences, leur fonds de commerce.