Un match, une finale, une dernière ligne droite... Dans l'entre-deux-tours, les deux candidats ont filé la métaphore entre sport et politique. Nicolas Sarkozy a répondu vendredi 27 avril aux questions des journalistes de L'Equipe. François Hollande s'était plié à l'exercice la veille. FTVi dresse le portrait sportif des deux derniers hommes sur le ring. 

• La personnalité de référence

Nicolas Sarkozy : Bob Beamon Le président candidat, que les sondages donnent battu face à François Hollande au second tour de la présidentielle le 6 mai, a dressé un étonnant parallèle entre sa carrière et celle de l'athlète américain Bob Beamon, détenteur du record du monde de saut en longueur durant vingt-trois ans. "Je pense que les records sont faits pour être battus, a confié le président sortant dans les locaux du quotidien sportif. Et donc, par conséquent, on ne peut pas être triste que quelqu'un d'autre prenne votre place parce que de toute manière, c'est la règle." 

"Alors, il faut gagner, Beamon avait gagné, Beamon a été remplacé. Je crois qu'il l'a acceptéC'est la règle pour le sport, c'est la règle pour la politique, c'est la règle pour la vie : à un moment donné, chacun doit considérer qu'il a eu la chance de faire ce qu'il a à faire", a conclu Nicolas Sarkozy. 

François Hollande : Yannick Noah Interrogé lors d'un déplacement à Bourges (Cher), le candidat socialiste a commenté cette déclaration de son rival UMP. "C'est la loi de l'alternance. C'est un vieux principe que de reconnaître qu'une course peut être gagnée une fois et pas forcément la deuxième fois, et que ce n'est pas toujours le même qui porte les couleurs de la France", a-t-il répondu aux journalistes.

Invité par L'Equipe jeudi, François Hollande a choisi de saluer la victoire de Yannick Noah en finale de Roland Garros en 1983. "Yannick Noah donnera le sens de la victoire, dit-il du dernier Français à avoir remporté le titre, par ailleurs soutien du candidat socialiste. Il aime la victoire. Et psychologiquement il s'était préparé, lui aussi. Très jeune à ce moment-là. Et il y arrive", raconte le candidat du PS.

Le point commun : le foot

Nicolas Sarkozy : le Paris Saint-Germain Le président candidat est un inconditionnel du PSG et il n'est pas rare de l'apercevoir dans les tribunes les soirs de grands matchs. Lundi soir, juste après sa sélection pour le second tour, il a convié des joueurs du club parisien à partager sa table dans le cadre d'un dîner privé, a rapporté Le Parisien. "Nicolas Sarkozy est un vrai amoureux du PSG, raconte le journaliste Karim Nedjari, coauteur d'un livre sur son rapport au sport, Sarkozy, côté vestiaireLa première télévision qu'il fait (...), il demande à être filmé dans la loge du PSG (...). Il est rare qu'une décision soit prise [au PSG] sans qu'il soit au courant", poursuit le journaliste, interrogé par Canal supporters, la web TV des fans du Paris Saint-Germain.

François Hollande : le FC Rouen La candidat PS a quant à lui un faible pour l'équipe de son enfance, le FC Rouen. Interrogé sur France Info au sujet de l'activité sportive qu'il aurait aimé exercer "dans une autre vie", il choisit sans hésiter "avant-centre du club de Rouen". "J'étais moi-même dans ce club tout jeune", précise le candidat socialiste, dont on apprend qu'il collait des images Panini et lisait France Football : "C'était le meilleur moment de la semaine." "Je voyais des joueurs comme Réginald Dortomb, j'aurais aimé être celui-là", confie François Hollande. Le club de National a par ailleurs adopté le slogan "la L2, c'est maintenant". Commentaire de Hollande : "Hélas, je crois qu'on ne va pas encore y arriver cette année."


François Hollande parle sport sur Radio France par FranceInfo

• Le sport fétiche 

Nicolas Sarkozy : le vélo Interrogé dans le cadre d'une émission spéciale de "Stade Bleu Foot", diffusée dimanche 26 à 19h30, le président candidat évoque son amour pour le cyclisme. Dans une autre vie, il aurait aimé gagner le Tour de France "avec comme numéro deux le Eddy Merckx de la grande époque""J'ai toujours aimé ça. Mais ce qui est curieux, c'est que j'aime le pratiquer et j'aime le voir", assure Nicolas Sarkozy.


Nicolas Sarkozy parle sport sur Radio France par FranceInfo

François Hollande : la boxe Son adversaire socialiste a confié à L'Equipe regarder le Tour de France, même les étapes de plaine "où on sait qu'il ne va rien se passer, que ça va se jouer au sprint quatre ou cinq heures plus tard". Mais son péché mignon, c'est la boxe. "J'aime les affiches de poids lourds, a expliqué le candidat PS. C'est très important d'avoir des sports de combat. C'est un élément de cohésion dans les quartiers."

La métaphore du ring s'est même répandue dans le camp socialiste. A neuf jours du second tour, Le Figaro note que "les socialistes abordent la dernière ligne droite avec l'angoisse du 'boxeur qui mène aux points'". Il ne reste "qu'à éviter le K.-O. dans le dernier round", souligne un élu PS.

• Le sport dans le programme

Nicolas Sarkozy Atteindre 400 collèges et lycées spécialisés dans le sport d'ici à 2017, offrir, sur la période 2012-2017, une formation et un accompagnement personnalisé à 10 000 jeunes bénévoles sportifs, etc. Le sport est bien présent dans le programme du candidat UMP, indique L'Equipe. On y trouve notamment l'instauration d'un délit d'atteinte à l'image ou à l'éthique du sport, la création d'un délit pénal d'usage des produits dopants chez les sportifs ou celle d'un comité stratégique du sport de haut niveau.

François Hollande Le socialiste propose d'intégrer le ministère des Sports dans un grand pôle éducatif, de voter une loi-cadre de modernisation du sport et de renforcer les moyens du Centre national pour le développement du sport par une augmentation de la taxe Buffet sur les droits TV et jeux d'argent. Comme le rappelle L'Equipe, il prône aussi la création d'un institut national du loisir sportif, à l'image de l'Insep pour le sport de performance, l'élargissement de la diffusion TV des évènements de sport féminin et du handisport, et la création d'une agence mondiale contre la fraude sportive.