Érosion : faut-il lutter à tout prix ?

Le territoire de la France rapetisse. En cause : l'érosion. Peut-on y faire quelque chose ? France 2 fait le point.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Sur 70 kilomètres de côtes françaises, de Tréport à Berck-sur-Mer, le trait de côte, la frontière entre terre et mer, ne cesse de reculer, parfois de plusieurs mètres par an. La Baie d'Authie est l'une des dernières baies naturelles d'Europe. Ces dernières années, le recul du trait de côte s'est accéléré. "On a eu une perte de 20 mètres en 14 mois", note Frédéric Fasquel, chef du service des affaires maritimes et du littoral.

Des travaux qui coûtent cher

En Baie d'Authie, ce phénomène d'érosion est naturel. Problème : par cette brèche dans le cordon du nerf, la mer pourrait s'engouffrer très loin dans les terres, jusqu'aux habitations. Pour protéger les habitants, une digue devrait être construite, mais pas avant cinq ans. Dans la commune d'Ault (Somme), on construit des digues depuis des décennies. Ces enrochements de plusieurs tonnes ont pour but d'éviter l'effondrement de la falaise et des maisons. Des travaux coûteux, à la charge de la commune. Rien qu'au siècle dernier, les falaises d'Ault ont reculé de 70 mètres et malgré les travaux, le danger ne sera jamais écarté. Alors, avec la montée des eaux due au réchauffement climatique, habitations et champs qui frôlent le niveau de la mer pourront-ils éternellement être protégés ?

Le JT
Les autres sujets du JT
Le littoral aquitain a subi une forte érosion au printemps 2014, comme ici à Soulac-sur-Mer (Gironde), au moment du passage de la tempête Christine. 
Le littoral aquitain a subi une forte érosion au printemps 2014, comme ici à Soulac-sur-Mer (Gironde), au moment du passage de la tempête Christine.  (MAXPPP)