Objectif laïcité, mais pas seulement. L'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) va demander au ministre du Travail, Michel Sapin, de supprimer trois jours fériés chrétiens pour les remplacer par des congés à poser librement, rapporte Europe 1, vendredi 29 juin. Il s'agit autant de respecter la diversité que d'éviter les "départs massifs en week-end", précise la radio.

L'ANDRH vise le jeudi de l’Ascension, le lundi de Pentecôte et l’Assomption (15 août ) - qui est une fête catholique - mais veut conserver Noël, le lundi de Pâques et le jour de la Toussaint. "L'idée serait ainsi, pour les salariés musulmans ou juifs, de poser ces jours fériés lors des fêtes liées à leur religion", a ajouté Europe 1. Le président de l'association, Jean-Christophe Sciberras, a affirmé au micro de la radio qu'il s'agit ainsi de gagner en "souplesse".

Les différentes communautés religieuses ont réagi positivement mais sans enthousiasme. Monseigneur Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, a assuré sur Europe 1 que "les catholiques ne se sentent nullement propriétaires d'un calendrier" et que le respect de la diversité serait "une des sources de paix de la société", a-t-il insisté. Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman, s'y est dit favorable mais a rappelé que les salariés pouvaient déjà "demander une absence les jours de fête religieuse qui ne sont pas fériés"