Jean-Luc Mélenchon à l'Elysée, à Paris, le 5 juin 2012.
Jean-Luc Mélenchon à l'Elysée, à Paris, le 5 juin 2012. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

La campagne des législatives s'emballe dans le Pas-de-Calais. Alors que l'affaire du faux tract d'Hénin-Beaumont issu du Front national prend une tournure judiciaire, le Front de gauche a dénoncé mercredi 6 juin la diffusion de deux nouveaux documents anonymes visant le candidat aux législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais et rival de Marine Le Pen. Le parti a annoncé que de nouvelles plaintes seraient déposées.

Tract 1 : "Le minaret dans votre rue"

Selon le Front de gauche, un nouveau tract "dont la teneur est particulièrement nauséabonde" a été "envoyé à plusieurs commerçants""Si vous voulez le vote des étrangers, la régularisation des sans-papiers, l'ouverture totale des frontières à tous les immigrés, le drapeau rouge à la place du drapeau tricolore, le minaret dans votre rue, alors votez Mélenchon", peut-on lire sur ce document. Ce document n'est ni signé ni revendiqué.

Le contenu semble s'inspirer du faux tract distribué la semaine précédente par le FN. Celui-ci portait la mention "Votons Mélenchon" en français et en arabe. Sur fond vert, la couleur de l'islam, il montrait aussi la photo du candidat du Front de gauche et l'une de ses phrases prononcées lors d'un discours à Marseille, le 14 avril : "Il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb."

Tract 2 : Mélenchon grimé en Hitler

Dans le second tract, diffusé sur les réseaux sociaux, Jean-Luc Mélenchon apparaît grimé en Adolf Hitler, devant un portail de camp de concentration, comme on peut le voir ici. Sur le document est reprise une phrase du candidat du Front de gauche dans une interview au quotidien Direct Matin : "Notre objectif reste de battre le FN, de l'éradiquer politiquement, on y passera le temps qu'il faudra jusqu'à ce qu'on ait le dernier mot."

Le FN nie toute responsabilité

Alors que Marine Le Pen assume "totalement" le faux tract, selon elle "parfaitement légal", le Front national dément être lié à la diffusion de ces deux nouveaux documents. "Ce n'est pas du tout nous (..), je ne sais pas qui a fait ça", a déclaré Bruno Bilde, directeur de campagne de la présidente du FN. "Tout ce qui est réseaux sociaux, attention. (..) N'importe qui peut balancer", a-t-il souligné, assurant faire une "campagne de terrain".

Bruno Bilde a affirmé également "ne pas être au courant de l'autre tract", ajoutant qu'il "faut se méfier de ça". "Il faut voir si ça a effectivement été distribué", a-t-il poursuivi, assurant qu'il ne l'avait pas reçu alors qu'il habite Hénin-Beaumont. Il y a, selon lui, beaucoup d'"intox en ce moment".