Les valises sont bouclées, le parasol enfin plié dans le coffre, le camping réservé, la mer se profile déjà à l'horizon. Reste un seul obstacle à vos vacances : les bouchons sur l'autoroute.

Ce week-end, qui marque le début des vacances scolaires, des kilomètres d'embouteillages sont attendus. Selon les prévisions de Bison Futé, vendredi est classé orange au niveau national et rouge en Ile-de-France, tandis que samedi est classé rouge dans toute la France. Quelles sont les principales règles à appliquer pour un trajet serein ?

FTVi fait le point avec Emmanuel Renard, directeur de l'éducation et de la formation de l'association Prévention routière.

Y a-t-il plus d'accidents les week-ends de départ en vacances ?

Emmanuel Renard : Même si en 2010, le vendredi 2 juillet était l'un des jours de l'année où la route a été la plus meurtrière, il n'y a pas forcément davantage d'accidents les week-ends de départs en vacances. Tout simplement parce que, lorsqu'il y a des bouchons, les voitures ne roulent pas vite.

En revanche, si le trafic est dense mais que ça roule bien, il faut être vigilant et respecter la distance de sécurité obligatoire de deux secondes entre chaque voiture. Les conducteurs ne sont jamais à l'abri d'un ralentissement soudain en cas d'affluence, c'est un facteur d'accidents plus important pendant les départs en congés.

De façon générale, il y a un peu plus d'accidents corporels pendant les deux mois d'été que pendant le reste de l'année. C'est en partie lié à la présence plus importante de motos, car la moto est une activité très saisonnière. Les motards représentent 25% des tués sur la route pour seulement 1 à 2% des kilomètres parcourus. 

Comment éviter les embouteillages ?

La première chose à faire est d'essayer de modifier son itinéraire si l'on sait que les routes risquent d'être bouchées. Cela permet d'éviter le stress et la fatigue des autoroutes surchargées. Ensuite, il est conseillé, autant que possible, de modifier son heure de départ, en partant plus tard dans la journée, le dimanche plutôt que le vendredi ou le samedi, ou même en faisant une étape sur le trajet. 

Certaines personnes font le choix de rouler de nuit, mais c'est à double tranchant : certes, on évite les bouchons, mais il faut se méfier des problèmes de somnolence. C'est la principale cause de mortalité sur autoroute, avec 30% des décès, et la plupart des accidents surviennent entre 2 heures et 5 heures du matin. Il faut donc penser à faire de vraies pauses, être attentif aux moindres signes de fatigue comme les yeux qui picotent, la nuque raide, les fourmillements. Et il est fortement déconseillé de partir après une journée de travail, surtout si on n'a pas l'habitude de conduire de nuit.

Quelles sont les principales recommandations en cas de trajet long ?

Il faut éviter le phénomène du "presque arrivé", qui consiste à se forcer à continuer parce qu'il reste peu de distance. Penser à faire des pauses au minimum toutes les deux heures, et plus généralement, il ne faut pas se donner d'heure d'arrivée, pour ne pas être tenté d'augmenter sa vitesse. Les adultes doivent prévoir de l'eau et de quoi grignoter, et je leur conseille de s'arrêter quelques instants lorsque les enfants commencent à s'agiter.

Enfin, avant de partir, il faut vérifier attentivement l'état du véhicule, notamment la pression des pneus : des pneus sous-gonflés augmentent la distance de freinage, et il ne faut pas hésiter à légèrement les surgonfler si la voiture est chargée. La pression est différente selon les modèles, elle est indiquée dans la trappe à essence ou sur la tranche de la portière conducteur.