Incidents après Reims-Bastia : 7 supporters corses portent plainte pour "violences aggravées"

Les incidents survenus le 13 février à Reims ont suscité depuis en Corse une vague de manifestations, qui ont parfois dégénéré en violents incidents sur l'île.

Des pompiers éteingent un feu après une manifestation organisée par des soutiens des supporters corses poursuivis pour violences à l'encontre des forces de l'ordre, mardi 16 février 2016.
Des pompiers éteingent un feu après une manifestation organisée par des soutiens des supporters corses poursuivis pour violences à l'encontre des forces de l'ordre, mardi 16 février 2016. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'affaire des violences qui ont suivi la victoire du Sporting Club Bastia (SCB) à Reims rebondit. L'avocat de sept supporters du club corse, interpellés le 13 février à Reims après des incidents avec la police, a annoncé qu'ils avaient déposé plainte contre X vendredi 19 février auprès du procureur de la République de Reims pour "violences aggravées".

Cet avocat, qui représente aussi le SCB, s'était rendu à Reims dès le 14 février pour s'entretenir avec ses clients, eux-mêmes poursuivis pour violences. Ce dépôt de plainte ne concerne pas Maxime Beux, un supporter de 22 ans grièvement blessé dans ces incidents, dans des circonstances encore floues, qui ont motivé l'ouverture d'une information judiciaire et la saisine de l'Inspection générale de la police nationale.

Au cours des incidents à Reims, Maxime Beux a perdu un œil. Il assure avoir été blessé par un tir de flash-ball des forces de l'ordre. Son avocate a évoqué, sur la foi des déclarations du jeune homme, "un guet-apens tendu par les policiers". Selon le parquet de Reims, il se serait blessé en tombant à terre.

Une manifestation sous tension attendue samedi

Les incidents survenus le 13 février à Reims ont suscité depuis en Corse une vague de manifestations, qui ont parfois dégénéré en violents incidents sur l'île.

Samedi doit avoir lieu à Bastia une manifestation sous haute tension, à l'appel du principal groupe de supporters du SC Bastia, Bastia 1905. La mairie de Bastia, qui a exprimé son soutien à M. Beux et à ses proches, a par ailleurs indiqué, après une réunion avec des représentants de la Ligue de football professionnel, qu'elle ne participerait pas à la manifestation de samedi par crainte de débordements.