Ce que l'on sait du mitraillage d'un kebab et d'une boucherie halal en Corse-du-Sud

Selon les informations de France 3 ViaStella, c'est la sandwicherie kebab qui était visée. Une cinquantaine d'impacts de balle ont été relevés par les enquêteurs.

Une sandwicherie kebab située dans le centre-ville de Propriano (Corse-du-Sud) a été mitraillée à l'arme lourde, dans la nuit de mardi 2 à mercredi 3 février 2016.
Une sandwicherie kebab située dans le centre-ville de Propriano (Corse-du-Sud) a été mitraillée à l'arme lourde, dans la nuit de mardi 2 à mercredi 3 février 2016. (FRANCE 3 VIASTELLA)

Mis à jour le , publié le

Il n'y a pas eu de victime. Un restaurant kebab et la façade d'une boucherie halal ont été mitraillés dans la nuit du 2 au 3 février dans la station balnéaire de Propriano (Corse-du-Sud), annonce le procureur de la République d'Ajaccio, Eric Bouillard. Les faits ont été découverts par un proche des commerçants à 8h15 ce mercredi, d'après Corse Matin. Selon les informations de France 3 ViaStella, la cible des tirs était la sandwicherie kebab, Le 700. La boucherie n'est qu'une victime collatérale.

Quel est le bilan de l'attaque ?

Sur place, les enquêteurs ont relevé 56 impacts de balles. De nombreuses douilles jonchaient le sol à l'arrivée des enquêteurs, raconte France 3 ViaStella. L'établissement, qui se trouve en centre-ville, a été "atteint par des tirs à l'arme lourde en rafales", a précisé le procureur de la République. Il a précisé que l'arme utilisée, de calibre 9 mm, pourrait être un fusil d'assaut.

Quelle piste est privilégiée par les enquêteurs ?

Cette action n'a pas été revendiquée et il n'y aurait pas d'inscription sur place, selon les premiers éléments de l'enquête, qui a été confiée à la brigade de Sartène et à la section de recherches de la gendarmerie. "Toutes les pistes sont étudiées, celles du règlement de comptes, de l'extorsion..." a donc indiqué une source judiciaire, citée par Corse Matin. Des grandes bâches ont été étendues de chaque côté de la sandwicherie kebab pour protéger les investigations en cours.

Comment réagit le gouvernement ?

Malgré tout, certains représentants politiques ont vite réagi. En effet, la Corse avait connu des tensions entre Noël et le Nouvel An, après l'agression de pompiers dans un quartier sensible d'Ajaccio à forte population d'origine maghrébine. "Les tirs contre un restaurant et une boucherie halal sont des actes intolérables, ils imposent notre condamnation unanime", a écrit le Premier ministre Manuel Valls, sur Twitter.

Ce mitraillage est "tout à fait condamnable", a dénoncé de son côté Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, lors du compte-rendu du Conseil des ministres. "La lutte contre le terrorisme, elle vaut pour tous les actes de terrorisme. Le gouvernement entend "protéger tous les Français et condamner tous les actes racistes et antisémites."