Claude Bartolone (PS), président de l'Assemblée nationale, sur le perron de l'Elysée (Paris), le 26 juin 2012.
Claude Bartolone (PS), président de l'Assemblée nationale, sur le perron de l'Elysée (Paris), le 26 juin 2012. (FRED DUFOUR / AFP)

Claude Bartolone suit le même régime que les ministres. Le président PS de l'Assemblée nationale, élu mardi, a annoncé vendredi 29 juin la baisse de son indemnité de 30%. "Le Sénat a décidé de diminuer la prime du président de 30%, je vais faire la même chose et à l'euro près, j'aurai la même indemnité que mon ami Jean-Pierre Bel", a-t-il déclaré en sortant d'un déjeuner avec le président socialiste du Sénat.

"Nous avons décidé de travailler ensemble pour moderniser et rendre plus transparentes nos institutions", a déclaré Claude Bartolone à la presse pour résumer la rencontre, qualifiant ce déjeuner entre les deux présidents de gauche des deux chambres de "moment historique""Nous voulons améliorer nos échanges, nos travaux pour que les citoyens puissent se rendre compte que nous essayons de produire la loi de la meilleure qualité possible", a-t-il poursuivi.

Jean-Pierre Bel a mis en avant "le devoir d'exemplarité". "Cela ne signifie pas tomber dans je ne sais quel misérabilisme qui, d'une certaine manière, pourrait rabaisser la fonction", a-t-il précisé. Le président PS du Sénat, élu à l'automne 2011, a engagé une série de mesures d'économies portant notamment sur le train de vie des élus (voyages, voitures, indemnités, forfaits taxis, transports, informatique). Les crédits de réception et de représentation ont ainsi été réduits de 30 % soit 140 000 euros par an.