La foudre frappe chaque année une centaine de personnes

Sept personnes ont été foudroyées en deux jours, à Argelès-Gazost (Hautes-Pyrénées) et sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime). Voici règles pour limiter les risques.

Chaque année en France, une centaine de personnes sont frappées par la foudre.
Chaque année en France, une centaine de personnes sont frappées par la foudre. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

FAITS DIVERS - La foudre s'est acharnée. En deux jours seulement, elle a blessé sept vacanciers. Chaque année, une centaine de personnes sont foudroyées, le plus souvent lors de randonnées, loin des zones d'habitation. Pour limiter les risques, mieux vaut adopter quelques règles de prudence. FTVi revient sur ce phénomène spectaculaire.

La foudre frappe les câbles d'un parc acrobatique forestier

Cinq personnes, dont deux enfants, ont été foudroyées et sérieusement blessées lundi 20 août dans un parc d'aventure à Argelès-Gazost (Hautes-Pyrénées) et vingt-cinq autres ont été choquées par la foudre.

Voir la vidéo
France 3

La foudre a frappé des câbles dans un parc acrobatique forestier, au moment où la direction du parc venait d'entamer une procédure d'évacuation en raison des conditions atmosphériques. Trois adultes et deux enfants de 4 et 14 ans ont été foudroyés et ont dû être évacués dans un état sérieux vers des hôpitaux de Lourdes et de Tarbes.

Leur pronostic vital n'est cependant pas engagé. La brigade de gendarmerie d'Argelès-Gazost a été chargée de l'enquête. Pompiers et gendarmes, présents sur place, ont fourni les premières informations sur les circonstances du drame.

Voir la vidéo
France 3

Déjà deux blessées sur l'île d'Oléron la veille

Deux femmes avaient été frappées par la foudre, dimanche, alors qu'elles se trouvaient au sein d'un groupe de huit personnes qui se promenaient sur une plage de l'île d'Oléron (Charente-Maritime). L'une d'elles, victime d'un arrêt cardio-respiratoire, a été grièvement touchée, mais son état est désormais jugé satisfaisant. L'autre personne touchée a également été hospitalisée, mais est restée consciente :

La première des deux rescapées, qui a échappé de peu à la mort, témoigne sur le site du quotidien Sud-Ouest. Toujours hospitalisée, mais tirée d'affaire, Carole Loupias dit revenir de loin. "Nous allions rentrer parce qu'il commençait à pleuvoir", explique-t-elle. Puis la foudre a frappé. Elle est entrée "par mon sein droit - il y a une brûlure - et elle est ressortie par mon flanc droit où il y a une autre brûlure."

Quelques règles de prudence à adopter

Si l'orage gronde et vous surprend en pleine promenade, mieux vaut adopter quelques règles de prudence. Sur son site, l'association Protection Foudre liste vingt recommandations. Certaines sont plus connues que d'autres. Il est ainsi recommandé de ne pas s'abriter sous les arbres et de ne porter aucun objet métallique au-dessus de sa tête (fourche, club de golf, parapluie ouvert...). 

Le site rappelle donc que "la meilleure position consiste à se pelotonner au sol, après avoir étendu sous soi un ciré ou toute autre pièce en matière isolante (par exemple en plastique)". De même, mieux vaut éviter de courir et de se tenir debout les jambes écartées. Les huttes de pierre, églises et chapelles sont des abris recommandés

Mais la foudre peut aussi frapper des groupes entiers, en frappant le sol et en traversant les victimes. C'est ce qu'on appelle l'effet "d'éclair latéral". Spectaculaire, il a par exemple frappé sept joueurs de football colombien à la 62e minute du match entre La Equidad et l'Atlético Nacional, en février 2011. Pour l'éviter, il est conseillé aux membres d'un groupe de s'écarter de trois mètres les uns des autres.

La majorité des victimes de la foudre survivent

Une centaine de personnes sont foudroyées chaque année en France, selon les travaux du Dr Gourbière. Le plus souvent, les accidents surviennent en juillet et en août, deux mois particulièrement orageux, et lors de randonnées, loin des zones d'habitation.

D'après les travaux du Dr Elisabeth Gourbière, médecin spécialiste de la foudre, "les foudroiements sont globalement graves : 10% des victimes décèdent, plus de 70% des survivants ont des séquelles permanentes et invalidantes". Ces chiffres sont publiés sur le site de l'association Protection Foudre. D'autres études américaines évoquent des chiffres plus faibles, entre 3 et 5%.

Le plus souvent, la mort est provoquée par une électrocution, qui cause un arrêt cardiaque. Chez les survivants, les séquelles peuvent être très diverses (cardiaques, brûlures, visuelles, auditives, psychologiques...) et se développer au fil du temps. Jusqu'à 300 000 volts peuvent passer en surface du corps sous forme d'un "arc de contournement", mais l'énergie qui traverse le corps peut entraîner des perturbations cardiovasculaires et neurologiques graves.