Chômage : l'industrie numérique, une piste pour la création d'emplois

Un site à Paris devrait dans un an accueillir près de 1 000 start-ups françaises. France 2 vous en dit plus.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

C'est un chantier titanesque en plein coeur de Paris. Le chef de chantier ? Xavier Niel. Le patron de Free a investi 200 millions d'euros pour faire d'une halle classée monument historique le plus gros incubateur de start-ups au monde. Un lieu conçu pour en accueillir 1 000. "Aujourd'hui de chez vous, vous pouvez créer un grand succès mondial, très simplement où que vous soyez dans le monde. Ici on essaie juste d'aider encore un peu plus ces jeunes à créer leur boite, à avancer, à faire des grands succès mondiaux et à créer l'économie de demain", explique le PDG d'Illiad-Free.

Un milieu propice à la création

Aujourd'hui, il y en a 3 500 start-ups implantées un peu partout dans la capitale. À leur tête des jeunes d'à peine 30 ans. Tous décidés à faire fortune avec leurs projets. Thomas Effantin, fondateur de Trusk.com, une société de transport, a ainsi mis en forme son projet dans un incubateur qui accueillait 250 start-ups. Depuis, son carnet de commandes à explosé. En trois mois sa société a gagné 2 500 clients. Ici tout est fait pour chouchouter ces jeunes pousses. Accès internet, conseils gratuits pour lever des fonds, le tout dans une ambiance décontractée. Mais pour rentrer dans cet incubateur, les jeunes entrepreneurs cèdent entre 5 et 10% de leur capital. L'année dernière, les start-ups parisiennes ont créé plus de 4 000 emplois et généré 450 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Le patron d'Iliad (Free), Xavier Niel, le 10 mars 2014 à Paris. 
Le patron d'Iliad (Free), Xavier Niel, le 10 mars 2014 à Paris.  (ERIC PIERMONT / AFP)