Les riches français sont un peu moins riches qu'avant. C'est l'un des enseignements que l'on peut tirer du classement des 500 fortunes de France publié mercredi 11 juillet 2012 par Challenges. FTVi vous livre les principales conclusions de ce traditionnel top. 

• Bernard Arnault reste l'homme le plus riche de France

Le patron de LVMH, Bernard Arnault, avec une fortune de 21 milliards d'euros, écrase ses concurrents et reste l'homme le plus riche de France. Il pèse à lui seul 8% du total des 500 fortunes françaises. Deuxième du classement, Gérard Mulliez et sa famille. Leur groupe (Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Saint-Maclou, Kiloutou, Kiabi, Norauto…) représente 18 milliards d'euros. Viennent ensuite Bertrand Puech et les familles actionnaires de Hermès (17 milliards d'euros) ; Liliane Bettencourt et sa famille (15,3 milliards d’euros) ; la famille de Serge Dassault (9,9 milliards d’euros) ; François Pinault et sa famille (6,3 milliards d’euros). Autre constat : Xavier Niel avec son entreprise Free pèse 3,59 milliards d'euros et se retrouve ainsi 12e du classement. Jacques Servier et sa famille ne semblent pas souffrir du scandale du Mediator, passant du 17e au 15e rang,  avec un patrimoine évalué à 2,7 milliards d'euros.

• Concentration extrême des richesses 

Même chez les riches, il y a des inégalités : les 20 les plus riches de France possèdent autant que les 480 suivants. Les 20 premiers du classement concentrent les plus gros chiffres d’affaires et l’emploi (plus d’un million de salariés), un poids total qui resprésente 130 milliards d’euros. 

• Des riches moins riches

En 2012, les très riches sont un peu moins riches que l'année précédente, de -3% précisément . Comment expliquer ce phénomène ? A l'image de la société, les plus fortunés subissent les difficultés de l’économie française. Autre raison avancée par Challenges : la chute des cours de bourse et l’assèchement du marché des fusions-acquisitions. 

• Un désir d'anonymat et de discrétion 

D'après le magazine économique, les 500 plus grandes fortunes de France redoutent la publication annuelle du classement. A l'image du propriétaire, entres autres, de l'hôtel Concorde Montparnasse, Didier Ferré, qui fait son entrée dans ce top et confie à Challenges appréhender le sentiment "anti-chefs d’entreprise" des Français. Et de préciser : "J’aurais préféré ne pas faire partie de votre classement. Surtout actuellement."