Canicule : les melonniers ne s'y retrouvent pas

Cette année, au soleil et à la chaleur, le melon est bon, avec un petit goût bien sucré en plus. Mais les producteurs ne s'y retrouvent pas pour autant.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Mis à jour le , publié le

Qui dit chaleur dit melon sucré mais aussi surproduction et prix en baisse. "Canicule signifie surproduction de melon. Avec la chaleur, les cucurbitacées grossissent en même temps et se retrouvent sur le marché provoquant un embouteillage", commente la journaliste de France 3.

"[...] on nous demande de donner un prix à la mi-mai"

Produit d'appel auprès des consommateurs, le melon représente environ 16% du chiffre d'affaires des rayons fruits et légumes. La fixation des prix met en difficulté les melonniers. "On va récolter les premiers melons au début juillet, mais on nous demande de donner un prix à la mi-mai. Le melon n'est même pas encore en fleur donc on ne sait pas encore quel va être le niveau de marché de ce produit-là", explique Christophe Couteleau, producteur de melons. Ce dernier perd aujourd'hui 25 à 30 centimes par kilo. Pour lui la saison sera courte, car sur ses 1 000 hectares de production, tous ses melons arrivent en même temps sur le marché.

Le JT
Les autres sujets du JT