Alcool : des dégâts sur le cerveau bien réels

Boire beaucoup d'alcool, très vite pour se saouler, est une pratique très répandue qui peut avoir de graves conséquences. Explications.

Voir la vidéo
france 2

Mis à jour le , publié le

Boire très vite une grande quantité d'alcool : le binge drinking, une pratique régulière chez certains adolescents qui les entraînent parfois jusqu'au coma éthylique. Que se passe-t-il dans leur cerveau quand ils boivent ainsi ? C'est ce qu'un chercheur a voulu comprendre en comparant le cerveau de deux groupes d'étudiants. 

Les mêmes dégâts que l'alcoolisme chronique

Les uns boivent régulièrement de l'alcool, mais sans excès, les autres se saoulent fréquemment et brièvement et sur leur IRM : on voit une grande partie de leurs neurones qui sont perturbés. À l'État normal, les neurones communiquent entre eux très rapidement. Sous alcool, leurs signaux sont ralentis, le câblage neuronal fonctionne moins bien. "Plus le binge drinking est important, plus les atteintes du câblage sont importantes", remarque Pr Mickael Naassila, neurobiologiste.
 
Problèmes de mémoire, difficulté de compréhension et de raisonnement dû avant tout à la vitesse de la consommation d'alcool, un choc très brutal pour le cerveau. Si les alcoolisations n'ont pas été trop importantes pendant l'adolescence, le cerveau peu récuperer, sinon, les scientifiques pensent que les séquelles peuvent se prolonger à l’âge adulte et entraîner les mêmes dégâts que l'alcoolisme chronique.
Le JT
Les autres sujets du JT
L'alcool est l'une des premières causes d'hospitalisation en France, selon une étude publiée le 7 juillet 2015 par l'Institut de veille sanitaire.
L'alcool est l'une des premières causes d'hospitalisation en France, selon une étude publiée le 7 juillet 2015 par l'Institut de veille sanitaire. (KLAUS OHLENSCHLÄGER / PICTURE ALLIANCE / AFP)