Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, dans la cour de l'Elysée, à Paris, le 17 mai 2012.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, dans la cour de l'Elysée, à Paris, le 17 mai 2012. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Conséquence de la violente agression à caractère antisémite survenue à Villeurbanne (Rhône) le 2 juin, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé mardi 5 juin "des mesures concrètes pour renforcer la sécurité de la communauté juive de France".

Sécurisation des écoles juives. "La sécurisation des écoles juives mise en place, sur l'ensemble du territoire, à l'issue de la tuerie de Toulouse, sera maintenue jusqu'à nouvel ordre", a précisé Manuel Valls.

Plus de moyens pour les lieux de la communauté juive. "Des moyens financiers supplémentaires seront débloqués afin d'aider à la sécurisation des lieux et bâtiments de la communauté juive." 

Lutte contre les propos antisémites sur le web. Pour lutter contre la propagation des idées antisémites sur internet, "la plate-forme nationale de signalement des sites et contenus illicites intensifiera son action", ajoute le ministre de l'Intérieur.

"Plus de prévention et plus d'éducation"

Ces annonces font suite à la rencontre au ministère de l'Intérieur, mardi après-midi, entre Manuel Valls et les représentants de la communauté juive de France : le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), le Consistoire central, le représentant du grand rabbin de France, le grand rabbin de Lyon, le Fonds social juif unifié, l'Union des étudiants juifs de France, le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme et le Service de protection de la communauté juive.

Les associations, qui voient dans cette agression une conséquence du climat créé par l'affaire Merah, réclament, au-delà des mesures de sécurité, "plus de prévention et plus d'éducation""On ne pourra pas mettre un policier derrière chaque juif", a dit le grand rabbin de Lyon, Richard Wertenschlag, qui prône une éducation accrue de la jeunesse. "Il faut des mesures pédagogiques, une instruction civique qui soit véritablement programmée", a-t-il ajouté.

Dénonçant une "banalisation" de l'antisémitisme, Jonathan Hayoun, président de l'Union des étudiants juifs de France, a lui aussi réclamé un renforcement de la pédagogie, en particulier à travers l'Education nationale. "Les paroles sont venues, fermes et justes, mais on attend des actions, notamment au niveau local", a-t-il déclaré. Prié de dire s'il était rassuré par les engagements du ministre de l'Intérieur, Richard Wertenschlag a répondu : "En tout cas, nous avons des garanties que tout sera fait pour essayer de garantir la sécurité de nos concitoyens juifs."