A Auxerre, des pastilles rouges pour les enfants qui ne mangent pas de porc créent la polémique

Interrogée par francetv info, la mairie socialiste parle d'une "initiative isolée et maladroite".

L\'école des Piedalloues, à Auxerre (Yonne).
L'école des Piedalloues, à Auxerre (Yonne). (GOOGLE MAPS)
avatar
Kocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'affaire fait grand bruit chez les parents d'élèves d'Auxerre (Yonne). Pour identifier les enfants qui ne mangent pas de porc ou pas de viande du tout, une école primaire et une école maternelle ont mis en place un code couleur, lundi 21 septembre. Les écoliers qui observent un régime sans porc portaient un collier avec une pastille rouge. Ceux qui ne mangent pas de viande arboraient quant à eux une pastille jaune.

"On n’a pas le droit d’imposer cela en catimini"

L'information a été révélée par le site Creusot infos, qui cite la conseillère municipale d'opposition Malika Ounès (Les Républicains, UDI). "Des pratiques comme celle-ci ne sont pas acceptables. On n’a pas le droit d’imposer cela, en catimini, à des enfants", s'est indignée l'élue, selon le site. 

"Cette polémique ne repose sur rien, se défend auprès de francetv info un membre du personnel éducatif de l'école des Piedalloues. Les surveillantes, qui étaient nouvelles, ont utilisé lundi ce système de colliers pour ne pas risquer de donner du porc aux enfants qui n'en mangent pas. Ce n'était absolument pas dans un but discriminatoire."

"L'opération n'a eu lieu que pour un repas"

Contactée par francetv info, la municipalité socialiste (dirigée par Guy Férez) évoque une "initiative isolée et maladroite". "Sur les 1 500 enfants qui mangent dans nos restaurants scolaires, ces colliers n'ont concerné que 18 enfants et l'opération n'a eu lieu que pour un repas", affirme Christian Sautier, directeur de la communication de la ville, avant d'assurer qu'une enquête administrative a été diligentée sur la question.

La question des repas sans porc a provoqué des remous dans plusieurs communes françaises, comme à Chalon-sur-Saône, où le maire (Les Républicains) a supprimé les menus de substitution. "Nous comprenons que des gens puissent se sentir offusqués et nous le regrettons", a expliqué le représentant de la mairie d'Auxerre.