Fralib : mise en place d'une Scop par les salariés

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 27/05/2014Durée : 00h48

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le pot de terre a-t-il gagné contre le pot de fer ? A Géménos, près de Marseille, les salariés de Fralib vont pouvoir mettre en place leur Scop. Ils se battent depuis 3 ans contre le groupe américain Unilever. La multinationale a finalement accepté de signer un accord hier. Les machines vont être remises en marche. Les emplois des 76 salariés qui ont occupé le site devraient être préservés.

Leur joie est à la hauteur de l'attente. Après 3 ans de conflits, les anciens salariés de Fralib entrent victorieux dans leur usine. Leur projet a été accepté hier soir.

Les Fralib ont décidé a l'unanimité d'approuver la signature du protocole d'accord par le groupe Unilever.

La multinationale offre 20 millions d'euros pour que les salariés relancent leur propre production de thés et infusions. C'est l'épilogue de 1 336 jours de mobilisation, depuis l'annonce de la fermeture de cette usine. 182 emplois étaient menacés. Les actions se multiplient : appels au boycott des produits du groupe, occupation du site pour empêcher le démantèlement des machines, et l'aventure redémarre pour 67 salariés.

On reste ici, on est chez nous, tout nous appartient. On est arrivés à avoir l'outil industriel, nos emplois préservés. On n'a pas besoin d'être délocalisés.

Les salariés disent avoir des contacts avec de futurs clients. Ils espèrent redémarrer la production d'ici la fin de l'année.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==