Feuilleton 5/5 : "Les secrets du zoo"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 11/04/2014Durée : 00h50

Voir la vidéo

Mis à jour le , publié le

Notre feuilleton cette semaine est consacré à un autre zoo, qui réserve lui aussi des surprises. Il faut prendre soin de tous les animaux et bichonner les malades. Une complicité sans faille entre soigneurs et pensionnaires du zoo.

Dans une heure, la femelle gorille doit se faire opérer.

On met en place une intraveineuse.

A la clinique du zoo, les grands préparatifs.

Je vais utiliser des produits anesthésiques pour l'endormir. Je vais aller la voir dans sa loge. Je vais la flécher.

3 techniciens et un vétérinaire sont venus de Paris. Avec un endoscope modifié pour l'opération. Cette femelle perd du poids depuis 4 mois. Elle n'avait même plus la force de monter à la corde. Son état de santé ne cesse d'empirer. Baptiste a décidé de faire des examens plus poussés. Hélène, sa soigneuse, garde un contact physique constant avec elle.

On gère au quotidien cette femelle. Cela me permet de voir comment elle réagit. Ces animaux sont sensibles a l'affectif, ils sont sociaux.

Une équipe médicale de 7 personnes s'affaire autour du gorille. Baptiste suit attentivement la progression de la caméra dans le corps de l'animal.

On voit des zones rouges dans l'estomac. Cela laisse supposer que cette partie est plus fragile.

Baptiste est rassuré, il n'y a pas de tumeur. Il va devoir modifier le régime alimentaire et donner deux médicaments au petit-déjeuner. Après 4 heures passées sur une table d'opération, elle est disposée dans sa loge de nuit. Son réveil sera suivi de près.

Ils ont l'air rôdés.

Ils ont fait beaucoup de progrès depuis la semaine dernière. Je suis content.

A 10 jours du spectacle, Carlos est rassuré.

Ils n'ont plus peur des engins. Quand il y aura plus de monde, ils auront beaucoup moins peur.

Ces vautours, 2,80 m d'envergure, se sont familiarisés avec le site. Ils offrent déjà un vrai ballet aérien. Le résultat de 20 ans de complicité entre Carlos et ces rapaces. Retour à l'espace des grands singes. Au bout d'une semaine, Céline, la dernière arrivée, a pris de l'assurance et connaît bien chaque pensionnaire.

Là, on a Mamis et Kristina. Le mâle dominant est là. Ce n'est pas très compliqué de le reconnaître.

Il est important d'entretenir de bonnes relations avec ces primates. Pas toujours facile. Les orangs-outans représentent l'une des espèces la plus proche de l'être humain. Avec plus de 96% de similitudes génétiques. Après 7 heures de visite, nos familles ont l'impression d'avoir bien plus appris qu'en lisant une encyclopédie.

Regarde la girafe, c'est impressionnant. Cela donne la réelle dimension des animaux. On les voit en vrai. On est émerveillés. Dans un livre, ce n'est pas spécialement parlant.

Cette nuit, des rêves plus vrais que nature.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==