Feuilleton 2/5 : "Les secrets des cartes"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 27/05/2014Durée : 00h48

Voir la vidéo

Mis à jour le , publié le

Notre feuilleton nous fait découvrir cette semaine les secrets de fabrication d'une carte géographique. En France, c'est l'IGN qui est chargé de cette tâche complexe. Aujourd'hui, nous allons embarquer à bord d'un des avions de l'Institut. La mission, photographier une partie de la forêt de Compiègne.

Sur la base aérienne de Creil, des mécaniciens préparent l'un des quatre avions de l'IGN pour le survol du département de l'Oise. Objectif : photographier une partie William Lévy est le pilote de l'avion.

Tout notre programme de cet été! Ça regroupe la photographie aérienne, et la prise en laser sur certaines parties.

La masse nuageuse sur la région l'inquiète. Elle risque de perturber les prises de vue aériennes. Le service météo va lui donner dés précisions.

Après ça va très vite se charger.

OK, on va pas tarder, on va y aller.

Pour cette mission, il est avec l'opérateur de prises de vues.

Tu es prêt.

Je suis prêt.

Derniers préparatifs avant le décollage.

Qu'est-ce que vous faites.

Je vérifie la propreté de la vitre pour les photos. Décollage !.

Vous pouvez poursuivre la montée vers 500.

1014.

Attention, montée vers 5000 pieds 1014, et on met le cap sur Compiègne.

De plus en plus de nuages au-dessus de la zone. Pas de temps à perdre.

Alix, tu peux lancer le redémarrage de la plateforme.

La plateforme : une machine composée de huit appareils photo, quatre en noir et blanc, pour des images de très haute résolution. Un ordinateur corrige en permanence le mouvement de l'avion pour que la caméra reste sur l'axe le plus vertical possible.

Il y a un peu de soleil côté ouest.

Je vais demander à descendre.

Trop de nuages, il faut voler plus bas.

Dans un premier temps, on peut descendre à 3000 pieds ?.

Pour moi c'est parfait.

C'est-à-dire à 1000 m environ au-dessus de la forêt. L'équipe peut commencer à travailler.

Génial ! On est à quatre secondes entre deux clichés. La cadence est bonne, on va arriver à la fin.

L'avion fera six passages et prendra une centaine de photos.

Pour la France entière, on doit renouveler la photographie du territoire tous les trois ans.

Pour le photographe, la mission est une réussite. Une fois au sol, les prises de vues sont en partie traitées sur la base aérienne de Creil. Elles viendront alimenter la mémoire de l'IGN. La photothèque nationale se trouve dans le sous-sol de l'Institut, à Saint-Mandé. Un lieu sécurisé où sont stockés et classés tous les clichés. François en est le responsable.

Ça représente pas loin de six kilomètres de linéaires, cinq millions de clichés.

Deux millions de photographies sont déjà numérisées et visibles sur Internet. Paysages, villes, mais aussi instantanés historiques gravés sur le verre.

Ces photos ont été prises par la Compagnie aérienne française le 28 juin 1919, le jour du traité de Versailles, à Versailles.

Voici la plus ancienne photo des archives.

Un cliché de Nadar, de 1886.

Une prise de vue depuis un ballon gonflable de la ville de Bellême, dans l'Orne. Des clichés que tout le monde peut consulter, et chacun a ses raisons.

Beaucoup de particuliers, souvent qui ont des petits problèmes avec leurs voisins, et qui veulent vérifier qu'il y a 30 ans c'était construit ou pas, ou que le chemin existait encore, nous pouvons dater officiellement une photo, pour la justice.

Des photos aériennes nécessaires pour les cartes mais insuffisantes pour récolter toutes les informations.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==