Feuilleton 2/5 : "L'héritage de Vauban"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 29/04/2014Durée : 00h50

Voir la vidéo

Mis à jour le , publié le

La suite de notre feuilleton. Cette semaine, un tour de France des édifices imaginés par Vauban, l'architecte militaire de Louis XIV. Après Besançon, hier, on vous emmène aujourd'hui à Blaye. La citadelle est imposante, un complexe militaire de 38 hectares qui était vraiment fait pour protéger l'estuaire de la Gironde. Une ville en soi et une vue magnifique sur le fleuve.

Fières, sur des kilomètres, les murailles dessinent un décor qui renvoient à l'époque des guerres de royaume et des forteresses. La citadelle de Blaye domine l'estuaire de la Gironde. Surplombant les eaux troubles, elle a longtemps impressionné l'ennemi, mais n'a jamais été attaquée.

Le promontoire est intéressant d'un point de vue stratégique.

Une citadelle classée au patrimoine mondial de l'humanité, qui se visite en longeant les murailles et aussi sous la terre.

On rentre dans le souterrain.

Dans les galeries, on peut imaginer les soldats d'antant.

Ils tiraient les flèches.

Des passages secrets empruntés parles soldats de Louis XIV.

Les volumes sont impressionnants. On a l'impression d'être dans la forteresse.

Dans les souterrains, pas facile de s'y retrouver.

On est dans cette construction du XVIe siècle. Pour l'anecdote, on plaçait ici les mauvais tireurs. Les tirs étaient en ligne droite, donc réputés immanquables.

Fin de la visite et retour sur terre, ou presque.

C'est magique, avec des couleurs magnifiques, changeantes sur l'eau.

La citadelle de Blaye n'est pas la seule à surveiller le fleuve. Sur cette île en friche, un petit fort lui fait face.

C'est fort Paté. On y trouvait 80 soldats. Ils surveillaient l'estuaire, en alerte permanente, en cas d'invasion.

A la barre, David connaît par coeur l'histoire du fleuve. Il explique aux visiteurs le stratagème qui devait intimider les bateaux qui Iongeaient la citadelle.

On risque les canons de la citadelle en face, et ceux de l'île Paté juste là.

La citadelle n'est pas a l'abri de tous les périls. Cette partie dangereuse est interdite aux visiteurs. L'adjoint en maire en charge du monument nous mène aux fondations de la citadelle, des rochers qui s'érodent.

Des blocs se détachent parfois. Comme les remparts sont posés dessus il faut consolider les endroits fragiles.

Les remparts se fissurent, les bâtisses se détériorent. Dans le village, des maisons qui abritaient autrefois les militaires sont proches de la ruine. Comme cette ancienne auberge des officiers. Jean-Luc a décidé de rénover la bâtisse.

Là, on voit le délabrement avec les intempéries. Ça fait plier les pourres. C'est un bâtiment historique, du moins chargé d'histoire.

Il a eu quelques surprises.

Je vais vous montrer quelque chose. On en a trouvé deux. Ce sont des momies.

Il aimerait transformer cette bâtisse en restaurant. Une aubaine pour la citadelle, car il prendra la rénovation à sa charge.

J'ai un loyer modique d'occupation pour 40 ans. En revanche, je refais tous les travaux. Je suis tombé amoureux de la citadelle il y a 20 ans. Je lui rends mon amour.

Sur le chantier, une archéologue est à la recherche d'indices sur l'histoire de la citadelle. Elle a trouvé l'un d'eux il y a quelques jours.

On a dégagé l'enduit qui fait ciment, on a trouvé une inscription au stylo rouge, une date, 1743, qui serait peut-être la date de construction de la façade.

La forteresse n'a pas livré tous ses secrets. Chaque année, la citadelle reçoit près de 400.000 visiteurs.

"L'héritage de Vauban", un feuilleton signé AnaTs Bar, Candice Olivari, Philippe Dumail, Bernard Bonarme et Nicolas Titonel.

Le JT
Les autres sujets du JT