Vienne : un couple mis en examen, soupçonné d'avoir séquestré et torturé à mort une femme pendant deux mois

Découvert dans des vignes, le corps de la victime portait de nombreuses traces de coups et brûlures ainsi que plusieurs fractures. 

Le corps d'une quinquagénaire a été découvert, le 26 février 2016, à Saint-Léger-de-Montbrillais (Vienne).
Le corps d'une quinquagénaire a été découvert, le 26 février 2016, à Saint-Léger-de-Montbrillais (Vienne). (JULIEN DELAGE / FRANCE 3 POITOU-CHARENTES)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un couple des Deux-Sèvres a été mis en examen, soupçonné d'avoir séquestré et torturé une femme pendant deux mois jusqu'à la mort de leur victime, annonce le procureur de la République de Poitiers, dimanche 28 février, cité par France 3 Poitou-Charentes. L'homme de 55 ans est poursuivi pour arrestation, enlèvement et séquestration suivis de la mort, ainsi que pour actes de torture et de barbarie de façon habituelle sur personne vulnérable, des chefs passibles de la réclusion à perpétuité, précise l'AFP. Sa concubine de 46 ans a été mise en examen pour arrestation, enlèvement et séquestration suivis de la mort.

Disparue de son domicile de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire) en décembre, la victime, âgée de 57 ans, était placée sous curatelle, raconte La Nouvelle République. Sa dépouille portait de nombreuses traces de coups et brûlures ainsi que plusieurs fractures, détaille France 3. La quinquagénaire aurait été étranglée et son corps laissé dans des vignes à Saint-Léger-de-Montbrillais (Vienne), là où il a été découvert vendredi.

Une "vieille histoire de famille" à l'origine du crime ?

Après avoir nié toute responsabilité au début de leur garde à vue, les deux suspects ont fini par reconnaître les faits, précise La Nouvelle République. Selon le quotidien régional, il pourrait s'agir d'un acte de vengeance : la victime avait séjourné en 2004 chez les parents de l'homme mis en examen. France 3 Poitou-Charentes évoque une "vieille histoire de famille", qui serait à l'origine de ce crime, "commis dans un contexte de grande détresse sociale et intellectuelle".