Une ex-élue de Côte-d'Or condamnée à une amende pour des injures contre Taubira

En octobre, sur Facebook, Marie-Ange Meyer avait posté un commentaire raciste à l'encontre de l'ancienne garde des Sceaux.

Christiane Taubira arrive à Alger (Algérie), le 20 décembre 2015.
Christiane Taubira arrive à Alger (Algérie), le 20 décembre 2015. (FAROUK BATICHE / AFP)

Mis à jour le , publié le

"Le mauvais goût n'est pas une infraction", maugrée l'avocat Fatiou Osman. Et pourtant, une ancienne élue municipale de Talant (Côte-d'Or) a été condamnée à 3 000 euros d'amende, mardi 9 février, dont la moitié avec sursis. Le 14 octobre dernier, sur Facebook, Marie-Ange Cardis – dont le nom de jeune fille est Meyer – avait publié une couverture de Valeurs Actuelles où figurait Christiane Taubira, en écrivant : "Qu'elle reparte dans sa brousse, les lianes l'attendent !"

Repéré par le quotidien Le Bien public, ce commentaire avait ensuite été supprimé. Trop tard. Privée de sa délégation à l'école et à la petite enfance par le maire Gilbert Menut (Les Républicains), la conseillère avait ensuite été contrainte à la démission. Le procureur de la République à Dijon s'était "saisie d'office" afin d'ouvrir une enquête, qui a abouti à des poursuites devant le tribunal correctionnel.

Une "condamnation très sévère", selon son avocat

"Cette condamnation est très sévère", a estimé son avocat, sans savoir s'il allait faire appel ou non. Selon lui, la justice n'a pas tenu compte "de l'esprit réel dans lequel les choses ont été dites". Il ajoute que sa cliente aurait proféré ces injures par "réaction épidermique", alors qu'une "manifestation de policiers avait lieu [le même] jour place Vendôme", à Paris.

Contactée au moment de la polémique, Marie-Ange Cardis avait présenté "des excuses publiques", assurant que les mots avaient "dépassé [sa] pensée". Cette affaire avait entraîné de nombreuses réactions politiques, à gauche comme à droite. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, avait notamment parlé de "l'abjecte banalisation du racisme".