Une circulaire, mode d'emploi pour l'expulsion des Roms...

Des mesures spécifiques à l'encontre des Roms en France ? Sûrement pas, ont juré les ministres de l'Intérieur et de l'Immigration, après s'être fait tancer par le parlement européen jeudi dernier. _ Pourtant, une circulaire datée du 5 août les vise bien noir sur blanc. Leurs "campements" doivent être évacués "en priorité".

(Radio France © France Info)
Radio France

Mis à jour le
publié le

C'est le Canard social, tout nouveau journal en ligne nantais, qui a publié vendredi, cette circulaire à destination exclusive des préfets. Ce texte délivre le parfait mode d'emploi pour expulser les Roms, à un rythme hebdomadaire.

Cette circulaire est datée du 5 août, elle est signée du directeur du cabinet du ministre de l'Intérieur et demande le démantèlement des campements illégaux, avec cette mention à quatre reprises "en priorité, ceux des Roms".
_ Les préfets de zone ont pour consigne notamment de réaliser une opération importante par semaine, "concernant prioritairement les Roms".

Or, selon la Convention internationale des droits de l'Homme, il est interdit de faire une distinction selon une origine ethnique. Pour le Gisti, Groupe d'information et de soutien des immigrés, cette circulaire pourrait donc faire l'objet d'une saisine du Conseil d'État pour demander sa suspension, voire d'une plainte pour "provocation à la discrimination".

Face aux critiques du parlement européen sur les récentes reconduites à la frontière, Éric Besson avait pourtant assuré jeudi dans un communiqué que "la France n'avait pris aucune mesure spécifique à l'encontre des Roms ".

Le Canard social pourtant ne s'arrête pas là. Il a publié deux autres circulaires. La première, datée du 24 juin dernier, montrant que la mobilisation des préfets pour le démantèlement des campements illicites avait déjà commencé.

La seconde, datée du 9 août, montre bien la volonté du gouvernement de maîtriser la communication autour de ces évacuations. Elle demande aux préfets de "veiller à informer [le directeur adjoint du cabinet du ministre] au minimum 48h avant toute opération d'évacuation revêtant un caractère d'envergure, ou susceptible de donner lieu à un écho médiatique".

Cécile Quéguiner, avec agencesOeuvres liées

{% document %} {% document %} {% document %}