Un adolescent se suicide avec une carabine devant sa webcam

Cet adolescent de 16 ans, qui habitait près de Cambrai, a mis fin à ses jours pendant une conversation sur Internet avec sa petite amie. C'est le deuxième adolescent de la région à se suicider avec un fusil en une semaine.

FTVi
FTVi

Mis à jour le , publié le

Un adolescent de 16 ans s'est suicidé le soir du jeudi 5 janvier avec une carabine de chasse dans une petite commune de la région de Cambrai (Nord) alors qu'il était en conversation avec sa petite amie via une webcam. Il s'agit du deuxième mineur qui se donne la mort par arme à feu dans la région cette semaine, mais selon la justice, les deux gestes ne sont pas liés.

"Sous les yeux de sa petite amie, puisqu'il s'agissait d'une conversation MSN et qu'ils étaient tous les deux connectés en vidéo, il a pris une carabine et s'est tiré une balle dans la tête", a indiqué le procureur de Cambrai. 

"Sa petite amie a essayé de l'en empêcher mais le geste a été très rapide". La famille de l'adolescent, présente au domicile et qui a entendu le coup de feu, n'a rien pu faire pour le sauver.

"Inexplicable"

"Ca s'inscrit sur fond de déception sentimentale, une histoire qui tourne mal avec sa petite amie", a déclaré le procureur à Cambrai. "On n'est pas sur fond de harcèlement, ce n'est pas du tout la même histoire", a-t-il ajouté, faisant référence à la jeune fille de 12 ans qui s'est tuée avec un fusil de chasse lundi près de Lens (Pas-de-Calais).

L'arme utilisée par l'adolescent, une carabine 12 millimètres, était en possession des parents et déclarée en préfecture, comme l'exige la loi. Selon une source proche du dossier, elle lui aurait été récemment offerte.

"Le jeune homme ne présentait aucune fragilité, il n'était pas connu comme dépressif, suicidaire, il n'était pas suivi par un psychiatre, c'était un jeune homme sans problèmes", a complété le procureur . Le geste est d'autant plus "inexplicable" que "sa petite amie ne lui annonçait pas qu'elle le quittait, il y avait juste quelques problèmes entre eux".