C'est l'arme avec laquelle le tireur d'Istres a tué trois personnes. La kalachnikov, une arme de guerre de fabrication russe, prolifère en France et en Europe depuis la fin de la guerre en ex-Yougoslavie. Le tireur a expliqué aux enquêteurs qu'il se l'était procuré sur internet.

Comme l'expliquent les journalistes de France 2, il est en effet possible d'en acheter sur la toile en toute légalité, en version démilitarisée, à partir de 300 euros. Le canon est percé, la chambre bouchée et la culasse est coupée. Mais cette opération, qui rend l'arme inoffensive, est réversible.

"Dans ce cas, il faut trouver la pièce détachée qui manque et les munitions, puis remonter l'arme et s'en servir", explique Patrice Bouveret, directeur de l'observatoire des armements. Pour la plupart, ces armes proviennent d'ex-Yougoslavie. En mars, une équope de France 2 avait pu remonter la filière jusqu'à Belgrade (Serbie). Deux trafiquants leur avaient proposé ces armes.

Le trafic de  kalachnikovs en France.
Le trafic de  kalachnikovs en France. ( FRANCE 2 / FRANCETV INFO)