Toulouse : deux avocats convoqués par l’IGPN après les manifestations de l'automne

Alors qu’ils dénoncent des violences policières lors d’une manifestation en octobre 2015, deux avocats doivent être entendus ce lundi par la police des polices pour "rébellion" et "dénonciation calomnieuse".

(Deux avocats se plaignant de violences policières convoqués par l'IGPN © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le projet de réforme de l’aide juridictionnelle à l'automne dernier avait entraîné des manifestations dans de nombreuses villes. A Toulouse, 250 avocats s’étaient rassemblés le 22 octobre 2015 devant le Palais de justice.

Lors de la manifestation à Toulouse, des avocats avaient notamment bloqué un camion de l’administration pénitentiaire. Les pouvoirs publics ont alors envoyé des policiers pour dégager l’accès. Selon l’un des deux avocats convoqués ce lundi, Julien Brel, l’opération a été violente.

"Nous avons essuyé des violences de la part de certains fonctionnaires de police qui nous amenés à aller déposer plainte le 23 octobre 2015."

L’avocat explique aussi qu’il y a eu "des gaz lacrymogènes contre 14 personnes qui ont porté plainte". Avec son confrère, Benjamin Francos,  Maître Brel dit avoir également porté plainte pour des faits plus précis, "des coups de genoux par un policier à son encontre et des coups de matraque contre l’autre avocat".   

Des avocats se sont rassemblés ce lundi devant l'hôtel de police de Toulouse afin de soutenir leurs deux confrères convoqués. 

(Rassemblement de "robes noires" alors que deux avocats de Toulouse sont convoqués par l'IGPN © Radio France / Stéphane Iglesis)

Le bâtonnier de Toulouse, Anne Fauré, remarque que le rendez-vous de lundi à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) des deux avocats se produit alors qu’ils ont formellement identifié deux policiers comme étant les auteurs des violences en question. Le bâtonnier s'interroge sur la procédure qui pourrait ensuite concerner les 14 autres avocats.

Les autres avocats seront-ils aussi convoqués pour dénonciation calomnieuse ou rébellion ? Anne Fauré, bâtonnier de Toulouse
--'--
--'--
A LIRE AUSSI ►►►Grève des avocats : le bras de fer se durcit avec la ministre de la Justice