Terrorisme : trois mineurs de 14 et 15 ans condamnés à de la prison ferme pour avoir échangé avec un jihadiste sur Telegram

Trois jeunes de 14 et 15 ans ont été condamnés à des peines de six à dix-huit mois de prison ferme, pour avoir parlé avec le jihadiste français Rachid Kassim sur la messagerie cryptée Telegram.

Trois mineurs de 14 et 15 ans ont été condamnés pour avoir échangé avec le jihadiste français Rachid Kassim sur la messagerie cryptée Telegram. 
Trois mineurs de 14 et 15 ans ont été condamnés pour avoir échangé avec le jihadiste français Rachid Kassim sur la messagerie cryptée Telegram.  (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Trois mineurs, âgés de 14 et 15 ans, ont été condamnés par le tribunal pour enfants de Paris dans la semaine du 30 octobre, pour avoir échangé avec le jihadiste français Rachid Kassim sur la messagerie cryptée Telegram, a appris franceinfo lundi 6 novembre de source judiciaire, confirmant une information d'Europe 1. Ils ont écopé de peines allant de six à dix-huit mois de prison ferme. Le parquet a fait appel de cette décision.

Des "bébés Kassim" conditionnés à distance

Surnommés les "bébés Kassim", ces trois adolescents ont été arrêtés il y a un an, alors qu'ils échangeaient des messages avec Rachid Kassim, considéré comme l'un des principaux recruteurs français du groupe Etat islamique. L'homme les aurait conditionnés à distance. Depuis, Rachid Kassim aurait été tué en Irak lors d'une frappe de drone de la coalition.

Sur Telegram, les trois adolescents évoquaient de plus en plus clairement leur intention de passer à l'acte et de commettre un attentat. Ils ont été interpellés deux mois après l'assassinat du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le 26 juillet 2016,  perpétré par deux jeunes qui avaient eux aussi été en lien avec Rachid Kassim.

Une dizaine d'autres adolescents français, arrêtés également pour leurs échanges via la messagerie Telegram avec Rachid Kassim, sont en attente de leur procès. Dans son testament, publié en février 2017 sur Telegram, Rachid Kassim se félicitait d'avoir incité "au jihad de proximité" en France.