Terrorisme : que deviennent les djihadistes revenus en France ?

Sur le plateau du journal de 20 heures, le journaliste Étienne Leenhardt évoque le cas de ces Français revenus dans l'hexagone après être partis combattre aux côtés de Daech.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Plusieurs dizaines de Français sont déjà revenus en France après avoir combattu en Syrie aux côtés de Daech. Sur le plateau du journal de 20 heures, Étienne Leenhardt revient en détail sur leur nombre et leur situation complexe."Le ministre de l'Intérieur a donné des chiffres très précis : 178 hommes, 66 femmes sont rentrés de Syrie depuis le début du conflit. Deux tiers des hommes sont en prison, purgent leur peine ou sont en détention provisoire. Il reste donc 58 hommes qui ont fait le voyage de Syrie ces dernières années".

La majorité en prison

"Faut-il s'en inquiéter ?", interroge le journaliste. "On nous dit qu'ils sont étroitement surveillés, mais sans bracelet électronique ou assignation à résidence. Il y a ici une question de droit. Sur les 58 hommes, une majorité est allée combattre en Syrie avant l'apparition de Daech au sein de 'l'armée syrienne libre', une organisation qui combattait le régime de Bachar el-Assad et était soutenue par les autorités françaises. Doivent-ils être considérés comme des terroristes à leur retour ? Pour les autres, les renseignements sont convaincus qu'ils sont arrivés en Syrie après l'apparition de Daech, mais encore faut-il le prouver, des enquêtes sont en cours".

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'équilibre des forces joue à présent en défaveur de Daesh. Mais les combattants de l\'EI sont bien déterminés à garder leur fief. Ils résistent, et se cachent dans les maisons de la vieille ville de Mossoul. Pour planifier leurs attaques à l\'abri des regards, ils se servent même de tunnels comme de camps d\'entraînement souterrains, terrés sous la colline qui surplombe Mossoul.
L'équilibre des forces joue à présent en défaveur de Daesh. Mais les combattants de l'EI sont bien déterminés à garder leur fief. Ils résistent, et se cachent dans les maisons de la vieille ville de Mossoul. Pour planifier leurs attaques à l'abri des regards, ils se servent même de tunnels comme de camps d'entraînement souterrains, terrés sous la colline qui surplombe Mossoul. (ALAA AL-MARJANI / REUTERS)