Attentat déjoué : ce que l'on sait du profil des suspects

L'enquête sur l'attentat déjoué en France se poursuit. Interpellés vendredi 10 février au matin dans la région de Montpellier (Hérault), les trois suspects ont été transférés hier à Paris.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La garde à vue des trois suspects de l'attentat déjoué dans la région de Montpellier (Hérault) a été prolongée de 48 heures. Les enquêteurs commencent à mieux cerner le rôle de chacun des suspects. "Notamment le profil du jeune couple, Thomas et Sarah. Sarah est la plus jeune, elle a 16 ans, les enquêteurs la présentent comme la plus fragile psychologiquement, mais elle est aussi très déterminée et vindicative face aux policiers", explique Stéphanie Perez en direct de la sous-division antiterroriste à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Thomas arrêté en 2015 avant d'aller en Syrie

La jeune fille prend seulement maintenant conscience de la gravité de la situation. "Selon les enquêteurs, elle est complètement sous l'emprise de son compagnon Thomas. Lui est extrêmement radicalisé, déterminé. Il explique que s'il a voulu agir en France, c'est parce qu'il n'a pas pu partir en Syrie. Il a été arrêté avant en 2015. Les deux jeunes gens et le troisième suspect qui pourrait être leur mentor ont été arrêtés avant qu'ils n'aient choisi leur cible. La garde à vue se poursuit. Les enquêteurs ont jusqu'à mardi matin pour les interroger", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège de la Sous-direction antiterroriste (SDAT), à Levallois Perret (Hauts-de-Seine).
Le siège de la Sous-direction antiterroriste (SDAT), à Levallois Perret (Hauts-de-Seine). ( MAXPPP)