Nigeria : plus de 100 lycéennes enlevées par des islamistes de Boko Haram

Ce kidnapping massif de jeunes filles intervient quelques heures après l'attentat le plus meurtier qu'ait connu Abuja, la capitale du pays.

Des voitures brûlent après l\'attentat qui a frappé les environs d\'Abuja (Nigeria), le 14 avril 2014, quelques heures avant que des islamistes de Boko Haram enlèvent plus de 100 lycéennes.
Des voitures brûlent après l'attentat qui a frappé les environs d'Abuja (Nigeria), le 14 avril 2014, quelques heures avant que des islamistes de Boko Haram enlèvent plus de 100 lycéennes. ( AFP )
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est une opération sans précédent dans un pays déjà miné par les attaques terroristes menées par Boko Haram. Le groupe islamiste nigérian a enlevé plus de 100 jeunes filles dans leur lycée de l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, lundi 14 avril au soir. Le même jour, une gare routière sur le territoire de la capitale fédérale, Abuja, était frappée par un attentat qui a fait au moins 75 morts et 141 blessés. Il s'agit du plus meurtrier jamais commis dans les environs de la ville.

Les hommes armés sont arrivés lundi soir "dans des camions et sur des motos, et ils se sont dirigés vers l'école", selon un habitant. Il y a eu des échanges de tirs pendant plusieurs heures, mais les islamistes "ont fini par vaincre les soldats" et sont entrés dans le lycée public pour filles de Chibok, selon Emmanuel Sam, responsable de l'éducation pour cette localité.

"L'éducation occidentale est un péché"

Les jeunes filles ont été embarquées dans des camions par les islamistes, qui les ont emmenées, selon plusieurs témoins. Les forces de l'ordre ont pu "suivre les traces d'un camion" qui a emmené les jeunes filles et ont retrouvé le véhicule "hors service dans les broussailles", a précisé la source sécuritaire. Certaines lycéennes ont réussi à échapper à leurs ravisseurs en sautant du véhicule.

"Nous tentons maintenant de localiser les jeunes filles enlevées", explique une source sécuritaire. Selon elle, les ravisseurs sont bien des membres du groupe islamiste armé Boko Haram, dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un péché" en langue haoussa. Boko Haram a régulièrement pris pour cible des écoles au cours de son insurrection qui a fait plusieurs milliers de morts depuis 2009.

Boko Haram multiplie les actions violentes dans la moitié nord du pays, au risque de déstabiliser les Etats voisins, en premier lieu le Cameroun. Le groupe, considéré comme une organisation terroriste par Washington, a été impliqué ces derniers mois dans l'enlèvement de plusieurs Français à la frontière poreuse du Nigeria et du Cameroun, qui ont depuis été libérés.