Des résidus de timbres grecs retrouvés sur le colis piégé qui a explosé au bureau du FMI à Paris

Des résidus de timbres grecs ont été retrouvés sur le colis piégé, a appris franceinfo de source judicaire. Une assistante de direction avait été blessée dans cette explosion, survenue jeudi 16 mars en fin de matinée.

Voir la vidéo
avatar
Camille AdaoustVincent DanielFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

L'enquête s'oriente vers la Grèce. Des résidus de timbres grecs ont été retrouvés sur le colis piégé qui a explosé, jeudi 16 mars, au bureau parisien du Fonds monétaire international (FMI), situé au 66, avenue d'Iéna, dans le 16e arrondissement de Paris, selon une source judicaire à franceinfo. Une assistante de direction avait été blessée lors de l'ouverture du colis. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête. 

Une blessée. Une assistante de direction, qui a ouvert le courrier aux alentours de 11h30, a été blessée dans cette explosion due à "un engin pyrotechnique ou un gros pétard", selon le préfet de police de Paris, Michel Cadot. La victime est "blessée au visage par des éclats ainsi qu'un blast aux tympans et est actuellement en traitement, sans qu'il y ait le moindre risque quant à sa vie ou à une urgence absolue", a indiqué le préfet de police.

Une enquête a été ouverte, notamment pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Les investigations ont été confiées à la Sous-direction antiterroriste (Sdat) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a-t-il précisé.

 L'explosion est "un attentat". C'est ce que le chef de l'Etat a déclaré en marge d'une visite à Toulon. Cet attentat montre que "nous sommes toujours visés", a ajouté François Hollande. "Il y a l'état d'urgence, j'ai annoncé qu'il devait être prolongé jusqu'au 15 juillet", a-t-il rappelé. Mercredi, le garde des Sceaux avait pourtant déclaré que le gouvernement avait "créé les conditions qui rendent possible une sortie de l'Etat d'urgence".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #FMI

19h13 : Le groupe anarchiste grec Conspiration des cellules de feu "serait vraisemblablement à l'origine" de l'envoi du colis piégé ayant explosé ce matin au siège du FMI à Paris, selon une source policière grecque citée par l'AFP. C'est ce groupe qui a revendiqué l'envoi hier d'un courrier piégé au ministère des Finances allemand.

19h03 : Outre les résidus de timbres grecs, les enquêteurs ont retrouvé des traces de plusieurs tubes de poudre noire, ainsi que des traces d'un système de mise à feu électrique se déclenchant à l'ouverture du courrier piégé qui a explosé ce matin au bureau parisien du FMI à Paris.

18h59 : Des résidus de timbres grecs ont été retrouvés sur le colis piégé au siège parisien du FMI, selon une source proche de l'enquête.

17h28 : Le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, a salué, cet après-midi, "la rapidité d'intervention des forces de sécurité" au lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes), où huit personnes ont été blessées lors d'une fusillade à la mi-journée. Il a aussi fait le point sur l'enveloppe piégée qui a explosé au bureau parisien du FMI. A écouter ici :

(FRANCEINFO)

17h12 : "Il y a eu deux graves événements qui se sont produits aujourd'hui." François Hollande, en déplacement dans le Sud, a réagi à une journée marquée par l'explosion d'un courrier piégé au bureau du FMI à Paris et des coups de feu dans un lycée à Grasse. "Tout cela me conduit, comme je l'ai fait depuis le début de ce que nous avons pu appréhender comme menaces sur notre pays, à justifier l'état d'urgence", a déclaré le chef de l'Etat.


(FRANCEINFO)

14h55 : La victime de l'explosion d'un colis piégé dans les bureaux du FMI ce matin est "blessée au visage par des éclats ainsi qu'un blast aux tympans et est actuellement en traitement, sans qu'il y ait le moindre risque quant à sa vie ou à une urgence absolue", a déclaré le préfet de police de Paris, Michel Cadot.

14h54 : Voici des images du siège européen du Fonds monétaire international, à Paris, et de l'important déploiement policier, après l'explosion d'un colis piégé qui a fait un blessé. (AP)

13h46 : La personne blessée par l'explosion au bureau du FMI à Paris a été conduite à l'hôpital pour y recevoir des soins, indique la préfecture de police sur Twitter.

13h37 : La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a condamné "l'acte de violence" commis contre les bureaux de son institution à Paris. "J'ai été informée de l'explosion au bureau du FMI à Paris, qui a blessé l'une de nos employées. J'ai été en contact avec le bureau et ma compassion va à nos collègues là-bas. Je condamne cet acte de violence lâche et réaffirme la résolution du FMI à poursuivre son travail pour assurer son mandat", a-t-elle indiqué.

13h30 : Le parquet antiterroriste français a été saisi après l'explosion d'un colis au bureau du FMI, à Paris.

13h28 : "L'horreur." François Hollande a réagi après l'explosion qui a eu lieu au bureau du FMI, à Paris. "Je veux dire à tous ceux qui travaillent dans cette grande institution que nous sommes à leurs côtés", a-t-il déclaré. Sa réaction en vidéo :

13h12 : L'explosion a fait au moins un blessé léger, de source policière. Le bâtiment du bureau du FMI a été évacué et le périmètre bouclé par les forces de l'ordre.

13h12 : Une explosion a été entendue, au 66 avenue d'Iena, dans le 16e arrondissement de Paris, dans un immeuble qui abrite le FMI et la Banque mondiale, a appris franceinfo. L'explosion s'est produite au moment de l'ouverture d'un courrier.

Le siège du FMI, au 66 avenue d\'Iéna à Paris. 

(GOOGLE STREET VIEW)

13h13 : Une enveloppe piégée a explosé dans les locaux du FMI, à Paris. Il y aurait un blessé.