Après l'arrestation de ce militaire qui projetait un attentat contre une mosquée de la région lyonnaise, Soir 3 reçoit ce lundi 12 août Marwann Muhammad. Le porte-parole du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) dresse ce constat : les actes islamophobes en France augmentent "dans une relative impunité et les pouvoirs publics peinent à en prendre acte, à tel point que le mot d'islamophobie est un tabou pour eux".

En un an, +57 % d'actes islamophobes - de l'injure à l'agression physique - recensés par le CCIF : comment expliquer cette explosion ? Pour Marwann Muhammad, par "la banalisation d'une idéologie d'extrême droite, stigmatisée dans les années 80, mais qui s'est diffusée dans des partis plus conventionnels et normalisée au point d'être reprise par des citoyens lambda qui passent à l'acte". Un discours qu'une frange de la gauche, par sa vision de la laïcité qui éradique "toute forme de visibilité religieuse" contribue selon lui à légitimer.

Le projet d'interdire le voile à l'université, trouvé "digne d'intérêt" par le ministre de l'Intérieur ? "Un double discours de la part de Manuel Valls" : rassurant d'un côté, avec la condamnation "timide" des actes anti-musulmans, tout en alimentant "un discours qui stigmatise les musulmans sur la question de la laïcité".

Un tag islamophobe à Guingamp (Côtes-d'Armor), le 9 novembre 2009.
Un tag islamophobe à Guingamp (Côtes-d'Armor), le 9 novembre 2009. ( MAXPPP)