Quatre personnes placées en garde à vue pour un projet d’attaque terroriste contre des installations militaires

Selon le journal "le Monde", le projet d'attentat consistait à filmer, en janvier prochain, la décapitation d'un gradé d'une base militaire.

Les quatre individus arrêtés projetaient des actions contre des installations militaires.
Les quatre individus arrêtés projetaient des actions contre des installations militaires. (MARIUS BECKER / DPA / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Quatre personnes proches des milieux islamistes et soupçonnées de planifier une action terroriste ont été interpellées, a révélé France 2, mercredi 15 juillet. Les interpellations ont eu lieu dans les Bouches-du-Rhône, le Rhône et les Yvelines, en début de semaine, selon les informations de la chaîne. 

Le "principal instigateur" surveillé

Âgés de 16 à 23 ans, les quatre individus arrêtés projetaient des actions "contre des installations militaires", a affirmé Bernard Cazeneuve. Le "principal instigateur" avait été signalé pour son activisme sur les réseaux sociaux et ses "velléités de départ en Syrie", a ajouté le ministre de l'Intérieur.  

Sa surveillance et l’ouverture le 23 juin d’une enquête pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme a permis d’identifier les trois autres suspects avec qui il était en relation, indique le Monde. Leur interpellation a été précipitée par la fête nationale du 14 juillet, a appris France 2 auprès d'une source proche du dossier. 

Les individus placés en garde à vue dans les locaux de la DGSI

Selon une source policière citée par le quotidien du soir, le projet d'attentat consistait à filmer, en janvier prochain, la décapitation d'un gradé d'une base militaire. "Un des quatre suspects est lui-même un ancien militaire, réformé en 2013", a indiqué Bernard Cazeneuve. 

Les quatre suspects ont été placés, lundi, en garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Leur garde à vue peut durer jusqu'à vendredi, avant un éventuel défèrement devant un juge antiterroriste. "Cette semaine, nous avons prévenu des actes terroristes qui auraient pu être produits", avait annoncé François Hollande, plus tôt dans la journée.