Filière jihadiste : Salim Benghalem condamné à quinze de prison, de six à neuf ans pour les six autres prévenus

Présenté comme l'un des bourreaux de l'organisation Etat islamique, ce Français, visé par un mandat d'arrêt international, a été jugé, jeudi, en son absence dans le cadre du procès d'une filière d'acheminement en Syrie.

Le jihadiste Salim Benghalem, dans un vidéo diffusée par les jihadistes de l'Etat islamique, le 1er février 2015. 
Le jihadiste Salim Benghalem, dans un vidéo diffusée par les jihadistes de l'Etat islamique, le 1er février 2015.  (AL HAYAT MEDIA CENTRE / AFP)

Mis à jour le , publié le

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné, jeudi 7 janvier, à quinze ans de prison par défaut le jihadiste Salim Benghalem, pour l'acheminement de plusieurs Français en Syrie. Des peines de six à neuf ans de prison ont été prononcées pour les six autres prévenus dans ce procès

Les sept hommes ont tous séjourné en Syrie

Le procès s'est ouvert le 1er décembre, soit moins de trois semaines après les attentats de Paris. Cette filière d'acheminement vers la Syrie de candidats au jihad était active en 2013 et a été démantelée en novembre de la même année. Les sept hommes se sont rendus en Syrie.

Salim Benghalem, soupçonné d'être l'un des bourreaux de l'organisation Etat islamique, n'était pas présent au procès. Il est toujours recherché par les autorités. Il est par ailleurs soupçonné d'avoir été l'un des geôliers de journalistes français retenus en otages en Syrie début 2014, aux côtés de Mehdi Nemmouche, auteur présumé de la fusillade qui a fait quatre morts, en mai 2014, au Musée juif de Bruxelles.