VIDEO. Matthieu Langlois, médecin-chef du Raid : "Il y aura un avant et un après 13-Novembre"

Dans son ouvrage "Médecin du Raid : vivre en état d'urgence", il explique comment il a pris en charge les blessés du Bataclan.

Voir la vidéo
FRANCEINFO
avatar
Elise LambertRobin PrudentFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Comment un sauveteur réagit lorsqu'il découvre une scène de guerre ? Matthieu Langlois, médecin-chef du Raid, était l'un des premiers à pénétrer dans le Bataclan après l'attaque terroriste du 13 novembre 2015. Dans Médecin du Raid : vivre en état d'urgence (Albin Michel), il raconte sa "nuit d'horreur".

Matthieu Langlois explique avoir choisir d'écrire ce livre par "devoir", afin de "raconter la vérité, même si elle est dure", aux familles des victimes. Il estime que cette démarche était également nécessaire pour "répondre aux doutes et aux inquiétudes qui créent de l'anxiété".

"Une crise sans précédent"

Le médecin écoutait de la musique dans un théâtre lorsqu'il a été prévenu de l'attaque. Une fois équipé, et arrivé au Bataclan, débute alors une phase "d'acceptation de l'horreur", avant de devoir prendre des décisions particulièrement difficiles.

On était là pour aider les policiers à faire certains choix. Pour leur dire de prendre en charge une personne plutôt qu'une autre, même si je voyais bien - et c'est normal - qu'ils voulaient sauver tout le monde

Matthieu Langlois, médecin-chef du Raid

à franceinfo

De cette expérience, Matthieu Langlois assure qu'il y aura un avant et un après 13-Novembre. "C'est une crise sans précédent. On parle d'un nombre très élevé de victimes sous la contrainte de la menace, dans un endroit clos. C'est d'une ampleur telle que les enseignements sont très, très nombreux", explique-t-il à franceinfo.

Matthieu Langlois, médecin-chef du Raid, était l\'un des premiers à pénétrer dans le Bataclan lors des attaques terroristes du 13 novembre 2015.
Matthieu Langlois, médecin-chef du Raid, était l'un des premiers à pénétrer dans le Bataclan lors des attaques terroristes du 13 novembre 2015. (FRANCEINFO)