VIDEO. Le vigile qui a empêché un kamikaze de pénétrer dans le Stade de France le 13 novembre témoigne

Salim Toorabally était devant la porte L du stade le soir des attentats. Il refuse qu'on le qualifie de héros.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Le 13 novembre, l'agent de sécurité Salim Toorabally avait empêché des kamikazes de pénétrer dans l'enceinte du Stade de France. Il a pu, par ce geste, empêcher un carnage et a probablement sauvé plusieurs vies. Mais il refuse qu'on le qualifie de héros. "Je suis fier d'avoir fait mon travail, j'ai pris tout cela avec simplicité", explique-t-il à nos confrères de France 2 qui l'ont rencontré mardi 29 mars devant le Stade de France, à Saint-Denis, quelques heures avant le match France-Russie.

"Il avait l'air très pressé, il n'avait pas de billet"

Salim Toorabally était posté devant la porte L du stade. "Un des kamikazes voulait forcer la porte pour entrer, raconte-t-il. Je l'ai arrêté en lui disant 'Monsieur, montrez-moi votre billet'. Il avait l'air très pressé, il n'avait pas de billet. J'étais obligé de mettre ma main" pour lui barrer la route.

Salim Toorabally est, depuis, revenu travailler, lors d'un match de rugby. Les images des attentats lui sont revenues, l'odeur de brûlé aussi. "Si je viens travailler aujourd'hui, c'est pour apporter mon soutien à la France, à l'Europe."

Salim Toorabally devant le Stade de France, le 29 mars 2016.
Salim Toorabally devant le Stade de France, le 29 mars 2016. (FRANCE 2)