13h15, France 2

VIDEO. 13h15. Chloé, rescapée : "On a eu très peur que les terroristes rentrent dans le restaurant"

Jeune maman, Chloé était dans le restaurant vendredi soir, lorsqu'il a été ciblé par les terroristes. Elle raconte l'attaque.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle était sortie dîner avec un ami. Chloé était attablée au Petit Cambodge, vendredi 13 novembre, quand Le Petit Cambodge, un restaurant du 11e arrondissement, a été pris pour cible par les terroristes. "J'étais face à la vitre et j'ai commencé à entendre comme un feu d'artifice ou des pétards, se souvient-elle. Là, on s'est tous levés et j'ai senti une main sur mon épaule qui m'a dit avec une petite pression 'tu t'allonges'. On s'est tous allongés et c'est là qu'on a entendu les vitres se casser."

"J'ai pas vraiment réalisé que c'était des balles, poursuit la jeune femme. Les gens ont commencé à crier, ça continuait à tirer. On s'est mis tous en position fœtale. C'est tout petit, ce resto, on était tous un peu imbriqués les uns dans les autres."

C'est là où j'ai réalisé. Il y a commencé à avoir du sang, des cris et là il y avait une dame à côté de moi qui ne bougeait plus du tout donc j'ai rapidement compris qu'elle était morte.

Chloé, rescapée de l'attentat au Petit Cambodge

France 2

"Je pense que je vais vivre différemment"

"J'ai un ami proche qui était touchée à l'épaule, raconte Chloé. Je l'ai vu, j'ai essayé de me retourner sans me lever. J'avais toujours peur parce que la porte était ouverte. On a eu très peur qu'ils rentrent dans le restaurant. J'ai réussi à décrocher mon sac du porte-manteau qui était juste derrière moi, à prendre mon téléphone, et j'ai appelé les pompiers en disant qu'il fallait qu'ils viennent tout de suite. Ils m'ont dit 'on sait on arrive'."

Chloé a le sentiment aujourd'hui d'avoir eu "de la chance", "par rapport à ceux qui n'en sont pas sortis. [...] J'ai une fille, j'ai ma famille, explique-t-elle. Je me dis que c'était pas mon moment." Rescapée de l'attentat, la jeune femme pense qu'elle va désormais "vivre différemment".

(FRANCE 2)