VIDEO. "Dangereuse", "nauséabonde"... Quand le PS fustigeait la déchéance de nationalité voulue par Sarkozy

Le Huffington Post a compilé les déclarations des membres de l'exécutif à l'époque où ils s'opposaient au principe de déchéance de la nationalité alors défendu par Nicolas Sarkozy.

HUFFINGTON POST

Mis à jour le , publié le

Deux époques, deux discours. Alors que l'exécutif souhaite introduire dans la Constitution la possibilité de déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France, le Huffington Post rappelle le temps où Manuel Valls et François Hollande s'opposaient à cette mesure proposée par Nicolas Sarkozy.

A l'époque, l'ancien président voulair étendre la déchéance de la nationalité "à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d'un policier, d'un gendarme ou de toute personne dépositaire de l'autorité publique."

Une mesure "dangereuse" pour Hollande, "nauséabonde" pour Valls

En 2010, deux ans avant son accession à la tête de l'Etat, François Hollande fustigeait en effet ce principe de déchéance. "C'est attentatoire à la tradition républicaine et en aucune façon protecteur pour les citoyens", condamnait-il dans les pages du Figaro

Aujourd'hui, plusieurs voix à gauche ont rappelé le manque de cohérence idéologique de l'exécutif. "C'est une proposition de l'extrême droite, fustige Benoît Hamon. Une proposition qualifiée dans un passé récent de 'dangereuse' par François Hollande et de 'nauséabonde' par Manuel Valls".

François Hollande à La Rochelle (Charente-Maritime), le 27 août 2010. 
François Hollande à La Rochelle (Charente-Maritime), le 27 août 2010.  (BERTRAND GUAY / AFP)