Quand l'aide aux secours devient numérique

Durant les attentats de Paris, le réseau Visov a fait de la veille sur les réseaux sociaux pour épauler les secours. France 3 vous explique comment.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Mis à jour le , publié le

Depuis les attentats du 13 novembre, les Français suivent de plus en plus de formations aux premiers secours. Mais un autre type de volontariat se développe sur le numérique. Des bénévoles font de la veille sur les réseaux sociaux pour épauler les secours. Le réseau Visov, ce sont des pompiers du web, des volontaires qui scrutent les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook ou encore Instagram. Leur but, repérer les informations utiles pour les transmettre aux secours.

Tri efficace

Dans la région parisienne, Antoine Jouanneau est lui aussi membre du réseau Visov. Comme la plupart des membres, il travaille dans la sécurité civile et c'est cette expérience qui lui permet de faire le tri dans le flux d'informations. 10 millions de tweets échangés à propos des attentats et dans la masse des rumeurs qui enflent. Le rôle pour Antoine Jouannneau, vérifier que l'information qui circule sur Internet est bien réelle. Une fois recoupées, les informations sont envoyées vers les secours compétents.
 
Xavier Tytelman est le Mr réseau sociaux de la sécurité civile et le soir des attentats, c'est avec lui que le réseau Visov travaille.  "Ce qui est très fort, c'est qu'avec cette association, on va pouvoir se répartir les tâches. Certains vont aller sur Twitter, d'autres sur Facebook. On va structurer ces informations et les rendre intelligibles pour la gestion de crise", explique Xavier Tytelman.  

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des pompiers interviennent près du Bataclan, vendredi 13 novembre 2015. 
Des pompiers interviennent près du Bataclan, vendredi 13 novembre 2015.  (GAUTIER-SAGAPHOTO / ONLY FRANCE / AFP)