Trois associations cultuelles musulmanes de Lagny-sur-Marne dissoutes en Conseil des ministres

Cette décision a été prise "en raison de propos tenus par leurs dirigeants au cours des dernières années, appelant à la haine et au jihad", a précisé le ministre de l'Intérieur.

La mosquée de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) après sa fermeture, le 2 décembre 2015.
La mosquée de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) après sa fermeture, le 2 décembre 2015. (THOMAS SAMSON / AFP)

Mis à jour le , publié le

Trois associations cultuelles implantées à Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) ont été dissoutes en Conseil des ministres, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, mercredi 13 janvier. Cette décision a été prise "en raison de propos tenus par leurs dirigeants au cours des dernières années appelant à la haine et au jihad", a précisé le ministre. La mosquée de Lagny avait été fermée début décembre après une vaste opération de police.

"Il n'y a pas de place dans la République pour des structures qui provoquent, qui appellent au terrorisme ou appellent à la haine", a assuré le ministre à la sortie du Conseil des ministres.

Voir la vidéo

Une première depuis l'état d'urgence

Selon le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, la première association dissoute s'appelle Retour aux sources, "de laquelle découlent les deux autres" : Le retour aux sources musulmanes et l'Association des musulmans de Lagny-sur-Marne. Elles se livraient à "des actions qui étaient clairement des actions d'incitation au jihad", a-t-il affirmé.

Il s'agit de la première mesure de dissolution d'associations liées à des mosquées depuis la mise en oeuvre de l'état d'urgence au lendemain des attentats du 13 novembre.

D'autres mosquées ou salles de prière ont été fermées, mais pour la durée de l'état d'urgence - en vigueur jusqu'au 26 février -, sans dissolution des associations cultuelles les gérant.