Loi antiterrorisme : Emmanuel Macron devant la Cour européenne des droits de l'Homme

Emmanuel Macron défend devant la Cour européenne des droits de l'Homme ce mardi 31 octobre, la loi antiterroriste qui remplacera l'État d'urgence dès le mois de novembre.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'État d'urgence prendra fin le 1er novembre 2017 à minuit. Il sera remplacé par la loi antiterroriste signée le 30 octobre dernier par Emmanuel Macron. Le président a présenté cette loi ce mardi 31 octobre à Strasbourg (Bas-Rhin) devant la Cour européenne des droits de l'Homme. Sur place, Valérie Astruc analyse cette prise de parole. "C'est une visite historique qu'aucun président français n'avait osé planifier avant lui. Il s'agit de rappeler que la France respecte bien l'État de droit", déclare-t-elle.

Entre sécurité et liberté

"Ce message ne doit rien au hasard, ajoute la journaliste. Emmanuel Macron craint qu'un jour sa loi antiterroriste soit sanctionnée par les juges de Strasbourg. Les Français, sous le choc des multiples attentats, sont majoritairement d'accord avec cette loi, mais la Cour européenne des droits de l'Homme pourrait être saisie quant à un éventuel non-respect des libertés publiques". Selon la journaliste le président entend se prémunir de ce risque en défendant lui-même cette loi devant les juges. Pour lui, elle est un équilibre entre liberté et sécurité. "Cette loi n'a pas pour objet de pérenniser l'État d'urgence, mais prévoit des mesures nécessaires à la protection de nos compatriotes, a déclaré le chef de l'État. Elle nous permet d'être efficaces dans la lutte contre le terrorisme et de mettre fin à la procédure d'exception que nous avions ouverte il y a deux ans".

Emmanuel Macron lors d\'une conférence de presse à Bruxelles, le 20 octobre 2017.
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 20 octobre 2017. (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / AFP)