L'Assemblée quasiment vide pour voter sur l'état d'urgence : "C'est une pitié pour notre représentativité !"

Ils n'étaient que 136 députés sur 577 au moment de voter l'article 1er du projet de révision constitutionnelle. Trop peu, pour de nombreux internautes.

Yves Colmou, conseiller du Premier ministre, assiste aux débats à l'Assemblée nationale, le 8 février 2016.
Yves Colmou, conseiller du Premier ministre, assiste aux débats à l'Assemblée nationale, le 8 février 2016. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'hémicycle était aux trois quarts vide, mardi 9 février, quand l'Assemblée a voté l'article 1er du projet de révision constitutionnelle. Il prévoit d'inscrire dans la loi fondamentale le régime de l'état d'urgence, disposition contestée par certains écologistes et le Front de gauche comme par certains députés de droite.

Au moment de voter, ils n'étaient donc que 136 sur les bancs du palais Bourbon. Si les députés écologistes font figure de bons élèves, avec un taux de présence de 55,5%, les élus des Républicains ont brillé par leur absence, note Libération : seuls 5,1% d'entre eux étaient présents.

"L'opposition ne prend pas part aux débats"

"Ça ne choque personne qu'il n'y ait eu que 136 votants pour la réforme de la Constitution ?" s'interroge un internaute anonyme sur francetv info. Et en effet, l'absentéisme des parlementaires choque bon nombre de personnes, tant dans les commentaires de notre live que sur les réseaux sociaux. "Je suis choquée que les députés Les Républicains se défilent ainsi d'un si important débat de la République et marquent un tel taux d'absentéisme sur les bancs de l'Assemblée", s'emporte par exemple @tehiva.

"Je regrette que l'opposition ne prenne pas part à ces débats, abonde Bruno Le Roux, patron du groupe socialiste à l'Assemblée, mardi matin sur i-Télé. Chaque député doit prendre ses responsabilités dans ces moments-là. Aujourd’hui, j'espère qu'il y aura plus de monde en séance." Sur Twitter, Cécile Duflot déplore l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution mais aussi les conditions du vote :

"Il faut arrêter de s'indigner de tout"

Si peu de "députés présents pour voter alors que les politiques nous bassinent depuis presque deux mois avec l'importance et le caractère primordial de ces considérations, c'est une pitié pour notre représentativité", déplore un autre internaute anonyme. "Ces députés nous bassinent a longueur de temps et sont incapables d'être présents lors d'un vote important", commente un autre lecteur de francetv info. "Comment retrouver la confiance des électeurs français ? C'est encore loupé", regrette encore @Capmed.

D'autres internautes sont plus indulgents. "Il faut arrêter de s'indigner de tout, bêtement, estime un visiteur de francetv info. On en n'est pas au stade de l'adoption de la Constitution ! On vote les propositions d'articles. Tout ce processus est verrouillé par la majorité en place. L'opposition ne peut rien faire, d'où les absences. Il en sera autrement lors du vote du Parlement." Ce dernier est prévu mercredi.