Etat d'urgence : des plaintes déposées contre des lycées qui laissent leurs élèves fumer dans l'établissement

Des autorisations exceptionnelles ont été accordée pour ne pas laisser les lycéens sortir de l'établissement dans le cadre de l'état d'urgence. 

Dans le cadre de l'état d'urgence, des autorisations ont été accordées par les proviseurs pour laisser les lycéens fumer dans les lieux, plutôt que sur les trottoirs.  
Dans le cadre de l'état d'urgence, des autorisations ont été accordées par les proviseurs pour laisser les lycéens fumer dans les lieux, plutôt que sur les trottoirs.   (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Deux plaintes ont été déposées à Lyon (Rhône), selon les informations de RTL, mardi 29 mars, contre le lycée Saint-Exupéry et contre le rectorat par une pneumologue qui réclame que les élèves ne soient pas autorisés à fumer dans l'établissement. Dans le cadre de l'état d'urgence et après la vague d'alertes à la bombe dans les lycées, des autorisations ont été accordées par les proviseurs pour laisser les lycéens fumer à l'intérieur des établissements, plutôt que sur les trottoirs, dans la rue.

"On empêche nos enfants de se faire tuer devant les lycées et on les laisse se faire tuer à petit feu à l'intérieur ? C'est impossible. Comment est-ce qu'on peut ne pas respecter la loi ? C'est incroyable", s'indigne la pneumologue Corinne Depagne, qui a déposé les deux plaintes à Lyon. Elle réclame le respect de la loi Evin, qui interdit de fumer dans les lieux publics.

Trois recours sont aussi en train d'être constitués devant le tribunal administratif contre trois établissements d'Ile-de-France par l'association Droit des non-fumeurs, précise encore la radio. De son côté, le Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN) demande la mise en place de zones fumeurs tant que des menaces pèsent sur la sécurité des lycéens.