VIDEO. En cas d'attentat de masse, "nous pourrions revenir à l'état d'urgence", prévient Gérard Collomb

Ce régime exceptionnel a pris fin le 1er novembre pour être remplacé par la loi antiterroriste.

Gérard Collomb à La Rochelle (Charente-Maritime), le 28 octobre 2017.
Gérard Collomb à La Rochelle (Charente-Maritime), le 28 octobre 2017. (XAVIER LEOTY / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un retour à l'état d'urgence est toujours possible. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a estimé, mercredi 1er novembre, qu'en cas de "meurtre de masse", la France pourrait de nouveau avoir recours au régime exceptionnel de l'état d'urgence. Ce dernier a pris fin justement le 1er novembre pour être remplacé par une loi antiterroriste.

>> Attentats déjoués, perquisitions, assignations... Voici le bilan de deux ans d'état d'urgence

"S'il y avait un meurtre de masse – ce qu'on a pu connaître au moment du Bataclan – c'est possible qu'on soit obligé de le remettre, mais nous allons faire en sorte que nous puissions gérer des situations de crise. Si [la situation] devenait extrêmement dramatique, nous pourrions revenir à cet état d'urgence", a-t-il affirmé sur BFMTV.

"Une vingtaine de personnes" seront assignées à résidence dans le cadre de la nouvelle loi anterroriste, a également précisé le ministre de l'Intérieur, alors que 41 personnes étaient assignées à résidence avec l'état d'urgence. "Ces personnes devront 'pointer tous les jours au commissariat ou une gendarmerie'", a-t-il assuré.