Bernard Cazeneuve défend le maintien de Christiane Taubira au gouvernement

Tout en assurant François Hollande de sa "loyauté", la garde des Sceaux a émis ses réserves sur la déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France. Mais pour le ministre de l'Intérieur, Christiane Taubira n'a pas à démissionner.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 7 janvier 2016, rue de la Goutte-d'Or à Paris.
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 7 janvier 2016, rue de la Goutte-d'Or à Paris. (FLORIAN DAVID / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Bernard Cazeneuve a défendu le maintien au gouvernement de Christiane Taubira, dimanche 10 janvier, malgré les déclarations de la garde des Sceaux sur la déchéance de nationalité. "Christiane Taubira dans le contexte de lutte contre le terrorisme (...) fait le travail qui est le sien", a déclaré le ministre de l'Intérieur, dans le Grand Rendez-Vous Europe 1 - Le Monde- i>Télé.

Lorsque nous décidons de porter ensemble un certain nombre de mesures (...), je n'ai pas devant moi une garde des Sceaux qui essaie dans les atermoiements d'altérer l'efficacité de la lutte antiterroriste.

Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur

Europe 1 / "Le Monde" / i>Télé

Cette semaine, la ministre de la Justice a réitéré son opposition à la déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France, coupables d'acte de terrorisme. Malgré ce désaccord avec la tête de l'exécutif, Christiane Taubira a toutefois assuré François Hollande de sa loyauté "totale".

> Pourquoi Taubira reste au gouvernement malgré ses désaccords avec l'exécutif

"Il n'est pas interdit d'avoir un cerveau, des convictions"

Plusieurs responsables du centre et de la droite – parmi lesquels François Bayrou, Jean-Christophe Lagarde ou Thierry Solère – ont jugé cette position "intenable" et ont appelé à son départ du gouvernement. Le FN, par la voix de son vice-président Florian Philippot, a quant à lui réclamé explicitement sa démission.



Sous la Ve République, "il n'est pas interdit à des ministres d'avoir un cerveau, des convictions et des les exprimer", a rétorqué Bernard Cazeneuve. Mais "la clef de voûte des institutions c'est la parole présidentielle, d'ailleurs Christiane Taubira a elle-même dit que la parole présidentielle s'était exprimée".

Selon un sondage Ifop pour i>Télé, 54% des Français estiment que Christiane Taubira peut rester au gouvernement malgré son opposition à la déchéance de nationalité.